Editoriaux - Histoire - Justice - 17 décembre 2017

Macron à Chambord : après Johnny, Mélenchon s’enfonce un peu plus

Emmanuel Macron a décidé de fêter ses quarante ans à Chambord, non pas en investissant le château, mais en louant, « avec ses deniers personnels », un gîte voisin que vous pouvez vous-même réserver si vous le souhaitez.

En manque d’une polémique avant Noël, la twittosphère n’a pas tardé à réagir, vilipendant le Président pour cette nouvelle manifestation de son tropisme monarchique.

Les twittos en question se rencontrent essentiellement dans cette gauche de la gauche pour qui tout symbole royal suscite aussitôt des réactions enflammées : ils retrouvent leur âme de sans-culottes. Et, évidemment, ils ne manquent pas de rapprocher l’événement d’injustices criantes accablant le pauvre peuple de France. Qu’ont-ils trouvé ? La revalorisation du SMIC…

Comme la sénatrice écologiste Esther Benbassa :

#Contraste. Les deux chiffres du jour. Les 40 ans qu’@EmmanuelMacron va fêter au château de #Chambord. Et les malheureux 1,24% de revalorisation du #SMIC au 1er janvier. Les deux infos tombent en même temps. On a connu communication mieux maîtrisée…

Ne se rendent-ils donc pas compte que leurs tweets font pschitt ? Un gros pschitt, même, puisque M. Macron a bien pris soin de ne pas donner trois jours de fêtes et de bals avec toute la cour. C’est une fête familiale, privée, sans argent public.

Nous n’avons rien à y redire et nous devrions même nous réjouir qu’un Président, en attirant l’attention sur Chambord, poursuive ainsi son dessein de replacer la France et les Français dans la profondeur de leur histoire, toute leur histoire, et de ringardiser du même coup cette vieille gauche atteinte de réflexes pavloviens dès qu’elle entend certains noms. Comme son « Líder Máximo » qui vient de déclarer :

Quelle drôle d’idée ! Je suis tellement républicain que tout ce qui touche aux symboles royalistes m’exaspère, je trouve ça ridicule.

Lors des obsèques de Johnny, M. Mélenchon s’était déjà ridiculisé en dénonçant la présence de M. Macron à la Madeleine. Il aurait dû voir, pourtant, que le peuple – pas forcément le sien, certes – était là aussi à communier. Et voir encore que Chambord attire chaque année de plus en plus de Français fascinés par leur histoire, leurs rois et ce chef-d’œuvre de la France de la Renaissance. Prendre aussi conscience que Chambord est à la fois une merveille de notre passé et une réussite du présent, puisque le domaine s’autofinance à 90 %.

M. Mélenchon devrait surtout relire Marc Bloch qui, dans L’Étrange Défaite, déplorait : « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’Histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »

En allant à Chambord, de façon privée et sans aucune morgue monarchique, le Président Macron a continué à tracer cette ligne de réappropriation symbolique de toute notre histoire qu’il avait théorisée avant son élection et qu’il ne cesse de mettre en œuvre depuis (Versailles avec Poutine, son portrait officiel avec les Mémoires de guerre de De Gaulle, etc.) jusqu’au récent hommage à Jean d’Ormesson.

Certes, une présidence ne saurait se jouer et se juger uniquement sur le maniement des symboles mais, après un vide de quarante ans, les efforts du Président Macron n’en sont que plus appréciables. Et, n’en déplaise à M. Mélenchon et à quelques autres, ceux qui lui succéderont devront, sur cette question, lui emboîter le pas.

Commentaires fermés sur Macron à Chambord : après Johnny, Mélenchon s’enfonce un peu plus

À lire aussi

Viktor Orbán à Strasbourg : c’était la mémoire de l’Europe qui se heurtait au Parlement de l’oubli

Mais ce Parlement européen, qui ne sait plus ce qu'est l'Europe, n'a pas pu l'entendre. …