Koztoujours : le mauvais génie du christianisme

Assistant parlementaire
 

Le 13 janvier prochain, Erwan Le Morhedec (Koztoujours) sortira son livre Identitaire : le mauvais génie du christianisme, ouvrage dans lequel il réduit les défenseurs de notre identité à un courant peu recommandable, d’extrême droite, allant à l’encontre du discours chrétien.

On voit de loin le parallèle : les identitaires sont les extrémistes du christianisme mais ne sont pas chrétiens, comme les islamistes se prétendent de bons musulmans sans en être. Le vieux logiciel manichéen et révolutionnaire qui refuse d’accepter que le christianisme, comme l’islam, sont des religions identitaires autant qu’elles se veulent universelles.

Ce discours est symptomatique d’une droite conservatrice qui n’accepte pas que nous soyons dans un conflit de civilisation, où l’essence de notre culture chrétienne est mise en danger par l’islam conquérant. Cette frange de la société ne voit pas la réalité de Sevran, des quartiers nord de Marseille et de plus en plus de territoires en France dans lesquels la radicalité culturelle et religieuse s’installe en silence.

Pendant que ces « anti-identitaires » redisposent les fauteuils Louis XVI de leurs salons ou placent leur capital financier dans des affaires fructueuses, la mondialisation a raison de notre mode de vie et elle achève son œuvre en s’attaquant à nos symboles : nos calvaires et nos crèches.

Pour ce qui est de l’accueil des migrants, la charité ne va pas sans la justice : justice d’aider les nôtres avant les autres, justice de sauvegarder la paix et la stabilité (l’identité) de notre cité. Pour ce qui est d’arrêter d’aller faire la guerre au Proche et au Moyen-Orient, la « tentation identitaire » est plutôt de prôner le droit de non-ingérence.

S’il lit Philippe de Villiers, Koztoujours se scandalise du hashtag #GaucheTarée sur le réseau social Twitter… usant des mêmes arguments d’accusation que la gauche médiatique contre la « fachosphère », le blogueur cite aussi le Nouveau Testament pour opposer le discours chrétien au discours identitaire.

Ce procédé est de très mauvaise foi. Aujourd’hui, il y a des solutions d’accueil tout autres que celles mises en place. Pendant la guerre d’Espagne, la France a su accueillir les réfugiés espagnols, mais ceux-ci ont eu simplement à traverser une frontière. Pourquoi, aujourd’hui, les migrants ne sont-ils pas accueillis dans les pays voisins des zones de conflit et qui ont, de surcroît, la même culture et la même religion ?

À l’auteur de ce nouveau livre fustigeant les « Identitaires », il est utile de rappeler que défendre les principes, les figures et les symboles chrétiens, même âprement, est toujours nécessaire. Lire Benoît XVI sur le respect de l’identité de chaque pays permet de comprendre ce qui est en jeu : identité, souveraineté et liberté sont les grands axes du combat de civilisation qui unissent tous ceux qui s’opposent au système de mondialisation.

On ne combat pas une idée en fustigeant la maladresse de certains propos marginaux.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.