L’hommage du Front national à Jeanne d’Arc : plus que jamais !

Homme politique

Vice-Président du Front National, Député européen

 

Depuis vendredi, les réseaux sociaux, les médias se sont emballés un peu vite. Le Front national renoncerait à fêter Jeanne d’Arc ! Lecture, écoute un peu rapides de ce que Florian Philippot a dit sur le plateau de France 2 vendredi dernier, goût du buzz, mauvaise foi, que sais-je ? Et puis quoi, encore ? Demain, on pavoisera aux couleurs de l’Europe, on ne chantera plus « La Marseillaise ». Que ne dit-on pas sur le Front, pour le dénigrer ou plus simplement pour vendre du papier ?

Non, le Front national ne renonce pas à fêter Jeanne d’Arc le 1er mai comme il le fait depuis 1988. Rappelons, d’ailleurs, que cette initiative fut lancée par Jean-Marie Le Pen à l’occasion des élections présidentielles où il avait rassemblé plus de 4 millions d’électeurs sur son nom au premier tour : plus de 14 % des voix, un record à l’époque. Le fondateur du mouvement patriote décida alors d’organiser un hommage à Jeanne d’Arc dans l’entre-deux-tours qui tombait, cette année-là, le 1er mai. C’est à cette occasion que Jean-Marie Le Pen lança ce slogan : « Pas une voix pour François Mitterrand. » La droite, ou tout du moins ceux qui se prétendent de droite aujourd’hui, devraient se souvenir de cet appel, lancé devant la statue de Jeanne !

La fête du 1er mai, hommage à Jeanne d’Arc, fut ensuite institutionnalisée au FN et couplée avec la fête du Travail qui n’avait – et n’a plus que jamais – aucune raison d’être monopolisée par la gauche. Depuis 1988, la forme de cet hommage n’a jamais évolué : un défilé, un dépôt de gerbe et un discours du président du mouvement.

Marine Le Pen a décidé de faire évoluer la forme de cet hommage. Le dépôt de gerbe au pied de la statue de Jeanne sera bien évidemment maintenu. Il sera suivi d’un déjeuner patriotique qui sera l’occasion, pour notre présidente, de prononcer un discours.

Bien sûr, les événements y sont un peu pour quelque chose. La France est menacée par le terrorisme islamiste et l’on sait désormais que le Front national est une cible potentielle pour Daech qui, lui, malheureusement – à la différence de nos politiciens LRPS – tient toujours ses promesses. L’État, d’ailleurs, ne peut nous garantir la sécurité de l’événement, comme il peut le faire pour d’autres manifestations…

Mais la raison sécuritaire n’est pas la seule raison de cette évolution. De même que notre emblème – la flamme tricolore – a déjà souvent changé d’aspect depuis la fondation de notre mouvement, la forme de notre hommage à Jeanne doit évoluer avec le temps. La forme change quelque peu mais le fond, l’essentiel restent. C’est cela, la tradition !

Oui, le Front national continuera à rendre hommage à notre héroïne nationale, à la patronne secondaire de la France. Dans le sillage de Jean-Marie Le Pen, cette année comme par le passé, Marine Le Pen, les dirigeants, les élus, les militants et sympathisants du Front national viendront saluer la Pucelle et déposer au pied de sa statue une gerbe de fleurs. Je dirai même que le jour où le Front national n’accomplira plus ce geste, ce devoir, il ne sera plus le Front national. Car Jeanne d’Arc, c’est la France, et la France, c’est Jeanne d’Arc.

Alors que notre pays est en péril de mort, Jeanne d’Arc nous rappelle que rien n’est jamais perdu tant qu’il existe encore une conviction, une volonté, une intelligence, aussi modestes soient-elles. Jeanne d’Arc, c’est tout le contraire de la résignation à laquelle nous condamnent les Hollande, Valls, Juppé et consorts.

Jeanne d’arc, plus que jamais !

Cet article vous a plu ?
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


Vice-Président du Front National, Député européen

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.