Louis Aliot : La famille comme la nation sont des piliers de notre civilisation

Homme politique

Vice-Président du Front National, Député européen

 

On entend ici et là que le Front national n’est pas clair sur la question du « mariage » homosexuel… Pouvez-vous donc répéter ce qu’il en est exactement ?

Les gens qui disent cela sont de mauvaise foi et utilisent des ficelles mises en place par les réseaux UMP. Nous sommes même les seuls à dire aujourd’hui que nous reviendrons sur la loi Taubira.

Certains doutent de la « sincérité » de votre parti à cause du silence de Marine Le Pen sur la question pendant les débats qui ont agité la France… Pourquoi ce « silence » ou en tout cas cette discrétion ?

Silence dans leur tête ! Marine a eu des centaines d’entretiens journalistiques à l’échelle française et européenne et n’a jamais varié dans ses propos. Elle a exprimé son opposition au « mariage pour tous » et à tous les dérivés qui pourraient en être la conséquence (GPA, etc.).

Beaucoup de responsables du FN-RBM étaient d’ailleurs présents dans les manifestations dans toute la France. Marine ne souhaitait pas se retrouver à côté des Copé et consorts dont on a pu voir par la suite les mensonges et la légèreté. La meilleure preuve, c’est qu’à aucun moment les organisateurs ne nous ont donné la parole.

Nous défendons constamment la politique familiale et les valeurs traditionnelles et n’avons pas de leçons à recevoir de celles et ceux qui s’aperçoivent que la maison France prend l’eau alors que nous les mettons en garde depuis plus de 30 ans. À l’époque, beaucoup criaient avec les loups contre le FN !

À l’heure où Nicolas Sarkozy donne une responsabilité à l’une des responsables de Sens commun, le FN donne des responsabilités à Sébastien Chenu, fondateur de GayLib, à la culture…
Et pendant ce temps-là, il nomme NKM à un poste clef ainsi que tous ceux qui disent que l’on ne reviendra pas sur la loi Taubira…

Monsieur Chenu n’est pas venu en tant que « GayLib », mais en tant qu’ex-responsable UMP désireux de défendre désormais une vision patriotique de la politique. Tout le monde a le droit de se tromper ou d’évoluer. Je ne connais pas son cheminement personnel mais sa décision de rejoindre le RBM est à son honneur.

J’ajoute que le RBM n’est pas tout à fait le FN et qu’il accueille des personnes qui, précisément, ne souhaitent pas adhérer au FN mais qui se retrouvent dans la démarche de rassemblement national de Marine Le Pen.

Le Front national est contre tous les communautarismes et il continuera évidemment à l’être.

Il y a eu autour de Chenu une manipulation médiatique qui, cette fois, a mis en évidence des solidarités extrême droite/droite très proches d’une forme de communautarisme.

Des journaux comme Minute et quelques autres et des journalistes borderline, que l’on connaît pour leur haine anti-Le Pen, se sont beaucoup amusés… Les mêmes qui ont appelé à voter Sarkozy dès le premier tour en 2012 ou qui jouent la carte Sarkozy pour 2017, comme l’a reconnu le patron de Valeurs ctuelles monsieur de Kerdrel. On peut pourtant être critique sans tomber dans l’excès et la caricature !

Nous avons été le premier mouvement aux élections européennes, crédités de la première place dans les enquêtes d’opinion pour les départementales, Marine Le Pen est la personnalité qui a marqué le plus l’année 2014 et à qui les Français prêtent un grand avenir. Que faut-il de plus pour terroriser nos adversaires et initier tous les coups tordus ?

Nous le savons et restons vigilants. Dans le monde d’hostilité permanente que nous connaissons, à la fois médiatique et politique, j’ai quand même tendance à faire confiance et à soutenir mes amis plutôt que l’inverse, et de ce point de vue là, même s’il m’arrive d’être en désaccord à la marge, je fais une totale confiance à Marine Le Pen.

Plus largement, le gouvernement s’acharne à étouffer les familles (phénomène plus ancien que le gouvernement, d’ailleurs…). Quel sens, et surtout quelle place donne-t-on à la famille au Front national ?

La famille comme la nation sont des piliers de notre civilisation. Nous avons toujours eu une politique familiale dynamique et offensive présente dans notre programme. La défense de celle-ci tout comme la promotion de la natalité sont l’assurance d’une grande stabilité et d’une grande permanence pour notre peuple et son avenir.

C’est sur ces piliers politiques qu’il faut résister à la décadence ambiante.

C’est en défendant la liberté, la nation et son indépendance, le peuple et son identité et la famille, que nous défendrons le modèle français.Nous n’avons jamais varié sur le sujet.

Et que la droite ou les « joujoux » de la droite ne viennent surtout pas nous faire la leçon.

C’est quand même sous Giscard, Chirac et Sarkozy que la famille a été la moins défendue. Pour une raison simple : ils ont été imprégnés et convertis au prêt-à-penser de la gauche dans tous les domaines. C’est ce système qu’il faut faire exploser…

Entretien réalisé par Charlotte d’Ornellas

Cet entretien vous a intéressé ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


Vice-Président du Front National, Député européen

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.