À SUIVRE

L’impossible défense de Sens commun

 

Depuis quelques jours, la nouvelle est tombée : Sens commun, mouvement issu de la Manif pour tous, a annoncé son soutien à François Fillon. Christophe Billan, le nouveau président de Sens commun, défend ce choix d’une façon assez surprenante. Il affirme : « On a donc cherché dans les candidats présidentiables celui qui était en capacité de le devenir. » Cet argument est rapide à réfuter. En effet, si la primaire de la droite rassemble autant que celle du PS en 2012, à savoir 2,7 millions (allons jusqu’à 3 millions), alors les 1,4 million de participants au bas mot sont suffisants pour faire pencher la balance s’ils ne se dispersent pas. L’action de Sens commun participe donc à l’éparpillement des voix, et va nuire au combat en général.

Avec un soutien de Sens commun, de la Manif pour tous, de l’UNI et de bien d’autres, un candidat comme Jean-Frédéric Poisson avait toutes ses chances de l’emporter. Les annonces de soutien l’auraient rendu assez connu pour que les instituts de sondage qui l’ignorent le voient remonter.

Christophe Billan déclare encore : « Il est normal qu’au moment d’un rendez-vous aussi important que la primaire nous assumions notre vocation qui consiste à influencer de l’intérieur la loi, la règle et la norme. M. Poisson n’est pas du tout dans cette idée maîtresse, ce que je respecte entièrement. Le PCD [Parti chrétien-démocrate, nldr] est un parti frère qui se décline autour d’une autre approche : influencer de l’extérieur. » Cette déclaration met au jour soit une politique partisane soit une incompréhension du système de la primaire de la droite et du centre. Cette primaire choisit un candidat unique, pour une partie de la droite : les Républicains et le PCD, puisque le MoDem, l’UDI, etc., ont refusé l’invitation. Si la ligne de Jean-Frédéric Poisson est celle qui leur était la plus proche, il ne fallait pas la refuser sous prétexte qu’il est externe au parti.

Le président de Sens commun prétend aussi que ce choix est pris « pour demeurer fidèle à notre vocation et à nos valeurs », tout en reconnaissant que « François Fillon n’est pas en mesure de soutenir le mot abrogation », quand dans le même temps un compte officiel de Sens commun répondant à des réprimandes affirme : « De plus, imaginons que Sens commun soutienne Jean-Frédéric Poisson, qui est le plus proche de nos convictions au niveau de la famille. » On voit bien que ce n’est pas un choix de valeur, mais un calcul, qui fera perdre le combat pour la famille.

Christophe Billan affirme encore : « Nous avons été séduits par sa posture d’homme d’État avec une vision beaucoup plus large qui transparaît dans son programme dont tout le monde reconnaît qu’il est le plus abouti. » C’est méconnaître le programme de Jean-Frédéric Poisson, c’est-à-dire celui du PCD, qui est le fruit d’un long travail, commencé à l’époque de Christine Boutin, elle-même candidate à l’élection présidentielle de 2002.

On peut se demander quelle sera la réaction de la Manif pour tous. En effet, si elle condamne ce positionnement de Sens commun, alors elle pourrait perdre des troupes pour la manifestation du 16 octobre, mais si elle ne le fait pas, alors les défenseurs de la famille s’en détourneront. Les ennemis de la famille pourront s’en donner à cœur joie, eux qui disent déjà que ce mouvement est fini, et on assistera à sa fin le 16 octobre. Leur décision ne sera certainement pas prise dans l’urgence, car la candidature d’Hervé Mariton, qui n’a pas encore rassemblé ses parrainages, n’est pas encore certaine.

Quoi qu’il en soit, cette décision de Sens commun donne un coup dans le dos au plus grand mouvement populaire de cette décennie. Sans présumer qu’il y ait une volonté de nuisance, on peut voir l’action de Sens commun comme un ver qui se nourrit de la Manif pour tous comme dans une pomme. Jusqu’à ce qu’elle soit pourrie de l’intérieur.

POUR ALLER PLUS LOIN