Les violences faites aux femmes : nouveau « code culturel » en France ?

Dans un article paru, dimanche 25 novembre, sur Mediapart, Caroline De Haas se confie sur le sujet préoccupant de la violence faite aux femmes dans la société française : « Si nous le décidons, nous avons le pouvoir d’en finir avec les violences masculines que subissent les femmes et les enfants dans notre pays. »

Il existe bien, il faut le reconnaître, un problème avec cette violence et cela est vrai depuis toujours dans tous les pays civilisés. La Justice est là pour punir ces crimes et elle le faisait bien jusqu’alors. Mais il faut affirmer que notre société, en France, s’était apaisée sur ce sujet depuis longtemps grâce, notamment, à l’éducation donnée à nos enfants, n’en déplaise aux mères trop « féministes » qui voudraient le nier.

Il convient alors de s’interroger sur cette mobilisation qui tendrait à souligner une recrudescence très importante de ce problème de société. Caroline De Haas, notamment, avait avancé l’idée, à l’occasion des nombreuse agressions – majoritairement sexuelles et donc très violentes par définition -, à Cologne, en Allemagne, lors des fêtes du Nouvel An 2016, que celles-ci n’avaient rien à voir avec le flot de migrants. Sur ce point, il est en effet tout à fait légitime de s’interroger sur les vraies causes de cette montée des violences faites aux femmes. Mais comme l’avait dénoncé à l’époque Élisabeth Badinter, les « têtes d’affiche du féminisme [mettaient plutôt] la priorité sur la dénonciation du racisme avant la protection des femmes ». Alors continuons de nous interroger.

Il est important de ne pas stigmatiser – a priori – telle ou telle culture en la montrant du doigt au prétexte que les femmes y seraient considérées comme des humains de seconde catégorie et ne bénéficieraient pas des mêmes droits que les hommes. Ne pas stigmatiser et ne pas généraliser : la Tunisie, par exemple, dernièrement, par la voix de son président, dans la droite ligne des positions certes anciennes mais novatrices à l’époque du président Bourguiba, annonçait récemment que les femmes seraient, dans ce pays, considérées comme égales aux hommes.

Mais c’est un fait avéré, cette dichotomie existe bien et il faut le dire et s’en préoccuper.

En même temps, en France comme en Occident, il se produit un changement important de paradigme, et cela également doit être mis en avant dans une analyse objective des causes de violences faites aux femmes. La culture venue de pays majoritairement musulmans s’instille peu à peu dans notre culture judéo-chrétienne pour en faire évoluer les codes fondamentaux, stabilisés depuis longtemps concernant l’équilibre des rapports entre les femmes et les hommes. Les femmes étant, dans les pays arabo-musulmans, soumises à des lois largement discriminatoires et une soumission quasi systématique à l’homme, on peut raisonnablement se demander si cette recrudescence des violences faites aux femmes n’est pas une conséquence de ce changement notable de la composition de notre société.

Ce n’est pas en favorisant l’émergence d’une société soumises aux codes archaïques des cultures patriarcales que l’on permettra aux femmes, chez nous, de s’éloigner définitivement du terrain dangereux qui les expose aux violences, sexuelles ou pas. Et le jugement récent d’un viol – acte qui constitue le paroxysme de la violence faite aux femmes – qui acquitte l’auteur au motif qu’il « n’avait pas les codes culturels pour prendre conscience qu’il imposait une relation par crainte ou par surprise » devrait nous alerter sur les dangers d’une trop grande naïveté quant aux vraies causes de cette violence à l’endroit des femmes dans notre société. On aurait aimé, du reste, avoir l’avis de Mme De Haas sur cette affaire.

Commentaires fermés sur Les violences faites aux femmes : nouveau « code culturel » en France ?

À lire aussi

FIAC 2018 : l’art contemporain, c’est du business, nom d’une pipe !

« Croyez-le ou pas, je peux effectivement dessiner », disait, en son temps, Basquiat. On a…