Editoriaux - Le débat - Politique - 25 novembre 2016

Les lobbys LGBT au secours d’Alain Juppé ?

C’est toujours, depuis 2013, la même rengaine, le recours au même amalgame. La Manif pour tous est contre la loi Taubira : elle est donc homophobe. De la même façon, François Fillon a reçu le soutien de Sens commun : il est donc homophobe.

Le Monde, dans un article publié ce jour, explique que des gays et des lesbiennes iront voter Juppé dimanche. « Nous n’avons aucune sympathie pour Juppé, mais les positions de Fillon sur l’homosexualité et l’homoparentalité nous poussent à tenter de le bloquer », déclare la mère d’un enfant conçu par PMA à l’étranger. De son côté, un responsable associatif s’inquiète : « L’élection de François Fillon risquerait de faire ressurgir le mouvement d’agressivité contre les homosexuels. » Comme si les sympathisants de la Manif pour tous n’avaient pas essuyé, lors des manifestations, les quolibets de partisans du mariage pour tous.

Quoi qu’on pense de ce débat sociétal, cet amalgame tient de la malhonnêteté intellectuelle. D’abord, il est faux de prétendre que la Manif pour tous est homophobe. Non seulement elle a dénoncé tout rejet de l’autre, mais les homosexuels, loin d’approuver unanimement le projet de loi, soutenaient pour certains son combat.

Ensuite, il faut objectivement reconnaître que François Fillon n’a guère fait de grandes concessions à Sens commun qui, contrairement à ce qu’écrit Le Monde, n’est pas la « branche politique de la Manif pour tous » mais un mouvement issu des grandes manifestations de 2013. La Manif pour tous, à chaque élection – et dernièrement à la primaire –, s’est limitée à présenter les positions de chaque candidat sur la famille, la PMA et la GPA, pour que chacun des électeurs potentiels puisse faire son choix en toute connaissance de cause.

François Fillon, qui a réaffirmé son opposition à une extension de la PMA et à la GPA, n’a jamais remis en cause, après son vote, le mariage pour tous ni l’adoption pour les couples homosexuels. Il n’a, d’ailleurs, jamais participé aux manifestations comme d’autres parlementaires de l’ex-UMP qui soutiennent aujourd’hui… Juppé – sans doute pensaient-ils qu’il leur servirait une meilleure soupe.

Il estime préférable l’adoption simple, qui n’efface pas la filiation biologique d’origine, contrairement à l’adoption plénière. C’est loin des propositions de Jean-Frédéric Poisson, qui a sans doute pâti du « vote utile » lors du premier tour de la primaire. Faire de François Fillon un suppôt des catholiques traditionalistes est pour le moins caricatural. Si l’on veut attaquer son programme, qu’on aille sur un autre terrain !

Il reste qu’il est plus proche des préoccupations de la Manif pour tous que son rival Alain Juppé. Le maire de Bordeaux, au début de la semaine, a lui-même été tenté par l’amalgame et l’insinuation en déclarant sur TF1 : « Je me sens plus proche du pape François que de la Manif pour tous ». François Fillon a eu beau jeu de répliquer avec ironie n’être pas sûr qu’Alain Juppé « ait totalement écouté et lu le pape François » sur ce point.

Le débat sur le mariage pour tous et sur la filiation n’est pas uniquement d’ordre religieux, il est aussi d’ordre philosophique. Il mérite mieux qu’un concours d’anathèmes. François Fillon a déclaré qu’il n’allait pas « [s’]excuser de défendre les valeurs de la famille ». Il a le mérite de la constance dans ses positions, ce qui n’est pas le cas de son concurrent, qui a tendance à ménager la chèvre et le chou, avec – au moins dans la ville de Bordeaux – un faible pour les lobbys LGBT.

Commentaires fermés sur Les lobbys LGBT au secours d’Alain Juppé ?

À lire aussi

Marine Le Pen est-elle le diable ?

Tout se passe comme si on voulait persuader les Français que l’élection de Marine Le Pen é…