L’Émission politique : Marine Le Pen passe son grand oral

Juriste

SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 

« L’Émission politique » est un rendez-vous médiatique incontournable pour qui aspire à se faire élire en mai prochain. Marine Le Pen le savait ; Marine Le Pen s’était donc préparée en conséquence. Volontiers combative, la candidate frontiste a su aussi se montrer à l’écoute, calme et mesurée face à ses contradicteurs. Serait-ce à dire qu’elle s’installe dans le costume d’un présidentiable en puissance ? Oui. À mesure que les semaines passent, la candidature Le Pen gagne en consistance, s’affirme et se crédibilise ; comme rassérénée par la médiocrité de ses adversaires. La grande force de Marine Le Pen est sa constance. Quand tous les autres nient leurs bilans pour mieux renier ce qu’ils furent, elle assume tout. Autre différence notable : ses intentions sont lisibles. Les Français lui reconnaissent donc des mérites importants, parmi lesquels l’honnêteté intellectuelle et la fermeté de convictions, atouts maîtres pour séduire une opinion publique troublée par les volte-face permanentes d’une classe politique décrédibilisée, accusée à juste titre de ne pas avoir su tenir ses engagements.

Cela s’est vu lors de « L’Émission politique », tant face au désormais habituel panel de Français, issu de ce que l’on appelle la « société civile » que face à des débatteurs plus institutionnels : journalistes et adversaires politiques. Les climax de l’émission furent les débats qui ont opposé Marine Le Pen à deux personnalités de prestige, fort dissemblables : l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, depuis devenu l’un des meneurs de ce que d’aucuns dénomment parfois « la droite hors les murs », j’ai nommé Patrick Buisson ; puis, tout à la fin, l’égérie de la gauche dite Terra Nova, actuel ministre de l’Éducation nationale, madame Najat Vallaud-Belkacem, qu’on dit hésiter entre Benoît Hamon, peut-être plus proche de sa sensibilité personnelle, et Emmanuel Macron, intime de celui qui l’avait lancée en politique : le maire de Lyon, Gérard Collomb.

Vraisemblablement jamais aussi à son aise que dans l’adversité, Marine Le Pen a pu décliner les lignes de force de son programme.

Concernant l’instruction des jeunes, elle a démontré un attachement presque charnel à l’école publique, sans pour autant afficher du mépris à l’égard de l’école libre et du privé. Oui, n’en déplaise à Najat Vallaud-Belkacem, les résultats de l’école française dans les grands classements internationaux sont très préoccupants – je l’avais d’ailleurs relaté ici à plusieurs reprises (http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/petits-francais-nuls-maths-a-faute,296867). L’enseignement des savoirs fondamentaux dans les petites classes doit donc être l’objectif prioritaire d’un gouvernement de relance nationale. En outre, la France a le devoir de se donner les moyens de redevenir une méritocratie pleine et entière, rendant à nouveau possible une plus grande mobilité sociale.

Pour le reste, Marine Le Pen a mis en avant ses points forts que sont la lutte contre l’immigration massive, la restauration de l’ordre public et la défense de l’identité nationale. Elle n’a pas manqué, non plus, l’occasion qui lui était donnée d’expliquer les changements institutionnels importants qu’elle compterait proposer au vote des Français par référendums, si d’aventure elle était élue. Marine Le Pen, très détendue, s’est aussi adressée à l’électorat de droite, perturbé par l’affaire Fillon, lors de son tête-à-tête avec l’auteur du très commenté La Cause du peuple. Ses arguments ont dû, d’ailleurs, faire mouche, puisque 51 % des téléspectateurs de droite et du centre ont déclaré l’avoir trouvée « compétente », dans un sondage diffusé par Harris Interactive à l’issue de l’émission.

Convaincante pour 41 % des sondés, soit plus que pour François Fillon et Benoît Hamon, la seule femme à concourir pour le poste suprême fait aussi bondir les audiences. Elle a réuni plus de 3,4 millions de téléspectateurs. Des chiffres à comparer avec ceux de ses prédécesseurs : 2,75 millions pour Juppé, 2 millions pour Fillon, 1,9 million pour Valls et tout juste 1,7 million pour Benoît Hamon… Ce dernier a, d’ailleurs, été qualifié de complice de l’islamo-gauchisme par une Marine Le Pen remontée. Est-ce pour cette liberté de ton que les Français, de plus en plus lassés par les combats de coqs et les affaires qui sont l’essentiel de la politique actuelle, la plébiscitent ? En attendant, une chose est sûre : Marine Le Pen est la mieux placée des cinq prétendants majeurs pour l’accession au second tour de l’élection présidentielle.

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE