L’Émission politique. Quand Marine Le Pen fait face à des hyènes

Journaliste
 

Ce jeudi 9 février 2017, Marine Le Pen était l’invitée de « L’Émission politique » de France 2. Que retenir de l’intervention de Marine Le Pen, en vrac ?

On a assisté à la prestation d’une femme de conviction, livrée en pâture à une meute de hyènes dont l’unique objectif était le lynchage. Jamais un autre candidat n’aurait eu un tel traitement. Le service public a, encore une fois, vomi sans complexe sur une partie croissante des Français qui finiront par ne plus vouloir s’acquitter de leur redevance télé.

Sur l’immigration – le thème principal de la campagne électorale -, force est de constater qu’il n’y a pas d’autres candidats à proposer les mesures restrictives (aussi minimalistes soient-elles) que Marine Le Pen propose, pour limiter le Grand Remplacement en cours en Europe.

Sur l’Éducation nationale, Marine Le Pen a eu, face à elle, l’ayatollah pédagogue Vallaud-Belkacem, qu’il faudrait presque songer à « déradicaliser », tellement elle semblait avoir la haine : contre l’apprentissage, contre l’école libre, contre la liberté d’instruire.

Sur l’intervention de la chef d’entreprise spécialisée dans les peaux de vache.

Celle-ci a parfaitement incarné le rôle que le service public attendait d’elle : féministe, individualiste et ne raisonnant qu’à partir de SA seule entreprise à la production bien spécifique. Un intérêt proche du néant, comme à chaque fois que France 2 prétend faire parler « les Français » – triés sur le volet dans un but bien précis – et que cela se situe plutôt dans le « moi je, moi je » que dans le réel débat politique.

Sur l’intervention du maire communiste : ce dernier a été fidèle à lui-même, rien à reprocher. Le refus du réel dans toute sa splendeur.

Sur l’économie, le programme du FN n’est pas transcendant, voire incompréhensible… mais comme tous les autres programmes économiques des partis, rédigés par des hauts fonctionnaires qui n’ont jamais mis un pied dans le monde réel de l’entreprise. Vouloir faire passer celui de Marine Le Pen pour un programme qui conduirait droit à la ruine notre pays, vu sa situation actuelle, c’est tout simplement se moquer du monde. On se demande comment François Lenglet – depuis le temps qu’il occupe les plateaux télévisés en tant qu’expert à se tromper sur tout – fait pour garder son poste.

Enfin, concernant « l’humoriste » belge qui a terminé la soirée, cela m’a fait penser à cet individu qui dit « bip bip » dans Les Bronzés, que tout le monde ignore, et qui termine piqué par un poisson. Et dire que c’est le contribuable qui la rémunère !

En résumé, ce jeudi soir s’est déroulée la belle prestation d’une femme politique, seule contre tous les représentants d’un système qui creuse sa tombe.

Est-ce que les hyènes seront également de sortie lorsque Emmanuel Macron, l’ami des banques, sera sur ce même plateau ? Pas sûr.

Mais les Français auront très prochainement l’occasion de trancher et de mettre tout le monde d’accord !

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.