Cinéma - Culture - Editoriaux - Politique - Société - 29 mars 2015

Le FN ne sentirait-il plus le soufre ?

On vient, en effet, d’apprendre qu’une star du cinéma se laisserait bien tenter par une approche du mouvement patriote. En effet, Le Nouvel Obs rapporte qu’une « grande comédienne française » a récemment contacté Marine Le Pen, qu’elle trouvait « incroyable ». C’est Sébastien Chenu, le cofondateur de GayLib, ex-secrétaire national de l’UMP désormais chargé des dossiers culturels au Front national, qui a présenté les deux femmes l’une à l’autre. Celles-ci se sont très bien entendues, Marine Le Pen ayant même proposé à la comédienne de dîner avec elle.

Une brèche allait-elle donc s’ouvrir dans ce temple du politiquement correct, cette chasse gardée de la gauche qu’est le cinéma ?

La réponse est non, du moins pas encore, car en effet, toujours selon L’Obs, le conseiller culturel, ami de la comédienne, aurait dissuadé celle-ci de s’afficher avec Marine Le Pen, la mettant en garde contre les commentaires haineux et négatifs qui allaient pleuvoir sur elle comme à Gravelotte.

Chenu aurait notamment confié à cette inconnue… connue :

« C’est une mauvaise idée, tu vas te faire griller et insulter par toute la profession. » Un conseil que la comédienne semble avoir suivi, puisqu’elle a décliné finalement l’invitation.

Qu’il ait fallu cette intervention pour doucher l’enthousiasme de la star est cocasse. Elle doit être bien loin des réalités journalistiques et politiques pour croire naïvement que ce repas dînatoire n’aurait pas eu de conséquences néfastes. Souvenons-nous, au congrès de Marseille, de l’apparition de ce pauvre Jean Roucas qui avait annoncé : « Je suis proche du Front national, sinon je n’y serais pas allé, mais je n’y étais absolument pas pour me faire de la publicité. »

La publicité, il l’a eue, mais certainement pas celle qu’il pensait. Depuis, il a été mis au ban de la société des humoristes pour fréquentation du « fascisme personnifié ».

C’est ainsi. Quand vous vous appelez Julie Gayet, Marion Cotillard ou Mélanie Laurent, vous avez le droit de fricoter avec François et même de vous rendre aux frais de la princesse, ou plutôt de la République, aux Philippines afin de défendre l’écologie.

Mais être vue en compagnie de la présidente du Front, c’est … beurk. C’est s’exposer à la vindicte des bobos hystériques du show-biz.

Et dire que certains croient encore que la France est un pays de liberté et de démocratie !

À lire aussi

Castaner doit se plier aux règles strictes du maintien de l’ordre

Cette guerre civile que nous prévoyaient les bien-pensants avec l'élection de Marine Le Pe…