Editoriaux - Santé - Société - 7 avril 2018

L’autisme, un trouble envahissant du développement pouvant être aussi un avantage

Cette semaine, le gouvernement s’intéresse à l’autisme. Emmanuel Macron a annoncé vouloir changer la donne pour les enfants et les adultes autistes, qui manquent souvent d’une prise en charge adaptée.

Ces nouvelles mesures, qui représentent 344 millions d’euros sur cinq ans, doivent permettre de mieux dépister et prendre en charge les autistes, car repérés assez tôt et avec un accompagnement adapté, les écarts de développement entre les autistes et les sujets dits normaux peuvent être réduits. Le gouvernement veut mettre en place, dès 2019, des mesures pour améliorer le dépistage chez les enfants mais également chez les adultes afin de faciliter leur insertion professionnelle.

On estime à environ 700.000 le nombre de sujets concernées par cette pathologie qui est un trouble neurologique de développement qui apparaît précocement lors de l’enfance et persiste à l’âge adulte. Ce trouble se manifeste par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales, des troubles du comportement et une difficulté à communiquer. Les personnes souffrant d’autisme semblent souvent isolées dans une sorte de monde intérieur et l’autisme est classé comme étant un trouble envahissant du développement (TED) par les spécialistes. Ces troubles peuvent s’accompagner, parfois, d’une déficience intellectuelle.

Une variété d’autisme, appelée syndrome d’Asperger, concerne des sujets qui présentent une forme d’autisme sans retard mental, et avec des possibilités intellectuelles accrues, particulièrement sur le plan de la mémoire, ainsi qu’avec une capacité de concentration sur des détails souvent supérieure à la moyenne. Mais ces personnes peuvent aussi présenter des difficultés de communication, rendant parfois la vie professionnelle difficile avec les collègues de travail.

C’est précisément en raison des possibilités cognitives atypiques de ces personnes qu’une jeune société franco-canadienne créée en 2015, Aspertise, recherche des autistes Asperger pour travailler sur des projets en matière de cybersécurité, d’intelligence artificielle et de développement. Pour le président de la société Aspertise, le cerveau de ces personnes est câblé de telle manière qu’elles ont une perception différente et qu’elles voient facilement ce qu’il appelle « des angles morts cognitifs » ou des failles et vulnérabilités dans les systèmes créés par des équipes classiques et proposent souvent des solutions auxquelles les personnes ayant un cerveau « normal » n’auraient pas pensé.

En matière d’autisme, on observe, en schématisant, deux situations totalement opposées : d’un côté, des personnes qui nécessitent une prise en charge précoce et adaptée afin de permettre une insertion dans le monde qui les entoure et, de l’autre, des personnes chez qui ce trouble du fonctionnement cognitif a permis de dépasser les capacités habituelles, leur apportant ainsi un « plus » dans l’approche de certaines technologies.

Dans un cas comme dans l’autre, les scientifiques n’ont pas résolu l’origine du trouble. Ils semblent s’orienter maintenant vers une origine génétique qui entraînerait des modifications dans la synthèse de certains neuromédiateurs ou de certaines hormones.

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Médecine rurale et gilets jaunes : même combat ?

Comment imaginer, aujourd'hui, qu'un jeune médecin aura envie de s'installer dans un villa…