Discours - Document - Editoriaux - Médias - Politique - Santé - Table - 26 janvier 2018

L’arroseur arrosé : Michel Cymès poursuivi par le lobby du sucre !

Michel Cymès, vous connaissez ? Forcément oui. On ne peut pas échapper au médecin show-man, « personnalité préférée des Français », paraît-il (lesquels ?), le spécialiste des blagues salaces qui se penche avec une attention toute particulière sur « les pouvoirs extraordinaires du corps » d’Adriana Karembeu.

Michel Cymès est un amuseur public qui a trouvé un créneau original et porteur : médecin pour noces et banquets.

Cymès est un « #porc » que personne, jusqu’ici, n’a encore balancé, sans doute parce qu’il garde sagement les mains dans les poches, mais verbalement il s’en donne à cœur joie. En témoigne cette fine sortie dans l’émission « C à vous », en septembre dernier. Il vient présenter son magazine bimestriel Dr. Good!. Anne-Élisabeth Lemoine lui demande alors s’il n’a pas un peu la grosse tête. Réponse : « J’aurais pu l’appeler Dr. Boulard », et de rire grassement.

Mais il lui faut bien, de temps à autre, jouer les sérieux. Il enfourche alors son dada favori : traîner dans la boue et les poubelles de l’obscurantisme toute personne qui ose s’interroger sur le bien-fondé des vaccins et l’obligation de balancer aux nourrissons onze souches virales d’un coup. Dans son monde en noir et blanc, le doute est interdit. Il faut avoir la foi vaccinale chevillée au corps, et toute personne qui ne sacrifie pas au dieu du jour voit s’abattre sur elle les foudres de l’inquisition médiatico-cymesque.

« Tous les discours anti-vaccins me sont insupportables », tonne Michel Cymès sur RTL, et pas question de nuancer, encore moins de discuter de médecin à médecin les arguments de la partie adverse. Et de dénoncer pêle-mêle les « irresponsables [on met dans le paquet des médecins au titre ronflant de professeur] qui désinforment en permanence depuis des années, et les politiques qui, pour se faire un nom, jettent le discrédit sur ceux qui, eux, pensent d’abord à la santé publique plutôt qu’à leur carrière » (sic).

Plus véhément encore sur France 5, Cymès s’emporte : « Je ne supporte plus la désinformation, je ne supporte plus d’entendre ceux qui se cachent derrière la liberté de vaccination, etc., et qui sont tous des anti-vaccins. […] Des gens qui sont pour cette soi-disant liberté de vaccination se foutent complètement de la santé publique. » Et quand on lui demande s’il est bien nécessaire d’inoculer onze vaccins aux nourrissons, il répond : « Même si ça représentait la majorité de la production des laboratoires pharmaceutiques, de toute façon, on n’a pas le choix, il faut vacciner, on ne se vaccine pas suffisamment en France. »

Michel Cymès a surtout une tête de Turc : c’est le Pr Joyeux, à qui il reproche, outre son « scepticisme vaccinal », d’avoir présidé l’association Familles de France… Et de lâcher contre lui sa hargne : « Les médias ont plutôt envie de donner la parole à des gens irresponsables […] parce que c’est toujours plus facile de donner la parole au Pr Joyeux qui a été radié du conseil de l’ordre des médecins, et je peux vous assurer que pour vous faire radier du conseil de l’Ordre, il faut vraiment y aller fort. »

C’est vrai, le Pr Joyeux « y est allé fort ». Il a mis les pieds dans le plat, comme les Prs Debré et Even, qui ont dénoncé les médicaments inutiles ou dangereux et ont, eux aussi, été radiés.

Alors, aujourd’hui, on rigole en apprenant que Michel Cymès, malgré tous les gages qu’il offre au système, se retrouve lui aussi devant le conseil de l’Ordre pour avoir dénoncé les méfaits du sucre sur la santé.

Avec des méthodes qui sont très exactement celles qu’il emploie lui-même, le Centre d’études et de documentation du sucre l’accuse de se livrer à « un véritable dénigrement du produit » avec « des répercussions hautement préjudiciables pour l’ensemble de la filière sucre ».

C’est l’arroseur arrosé… Peut-être va-t-il se trouver radié lui aussi. Et vous savez quoi ? On ne pleurera pas.

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Une fois de plus, le débat sur l’immigration n’aura pas lieu !

Ooouuuuhhhhhhh, attention, sujet dangereux ! Pâmoison des syndicats et des partenaires soc…