Armées - Editoriaux - Politique - Théâtre - 10 novembre 2015

Lancement en fanfare d’un troisième parc d’attractions auvergnat : Citygun

Forte du succès du PAL, 5e parc d’attractions national en nombre de visiteurs, et de son célèbre Vulcania, 334.500 explorateurs en 2014, l’Auvergne étoffe son offre touristique et propose toujours plus de loisirs. Grâce au concours actif de ses jeunes des cités nord et de ses gens du voyage, sans qui rien n’aurait pu voir le jour, Clermont-Ferrand peut s’enorgueillir d’accueillir un tout nouveau site récréatif : « Citygun ».

C’est dans la capitale régionale, dimanche 1er novembre à 13 h 00, qu’a ouvert « Citygun » (de l’anglais city, ville, et gun, fusil). Jusqu’à 17 h 00, démonstrations d’armes à feu, explosions de poudre et autres défilés de bandes armées ont grandement diverti les promeneurs, qui n’en demandaient pas tant ! Quoi de mieux, par un bel après-midi dominical ensoleillé, que de manier les carabines et entendre siffler les balles au grand air ? Tout avait été prévu, jusqu’à la distribution gratuite du matériel militaire aux personnes non équipées : une automobile, coffre grand ouvert, circulait pour offrir sa guerrière cargaison. Y avait qu’à se servir !

Bref, cette reconstitution du « Far West » le plus sauvage, pour reprendre le mot de monsieur le maire, était très réussie.

Pour ma part, je crois que le terme de guérilla conviendrait mieux car voici l’envers du décor : le théâtre de ces vrais échanges de tirs était en réalité une fête foraine, le Luna Park, avec manèges et barbe à papa. Alors qu’ils étaient venus passer un bon moment en famille, les Clermontois ont dû se replier dans des restaurants où ils ont attendu, durant quatre interminables heures d’angoisse, que cessent les coups de feu.

Le paradis des enfants est désormais fermé, deux semaines plus tôt que prévu. Une information judiciaire pour violences aggravées a été ouverte. Sept interpellations dans un camp de gens du voyage et la saisie de plusieurs véhicules ont été effectuées. Enfin plusieurs blessés, dont deux mineurs et six policiers, sont dénombrés.

Compte tenu de la politique menée par les gouvernements successifs, il est fort à craindre que le concept de « Citygun » ne fasse des émules et essaime un peu partout en France. Plus que jamais, le péril nous guette !

À lire aussi

Purification religieuse : Noël ne se fera pas à la maison

La terre irakienne, pourtant évangélisée par saint Thomas dès le premier siècle, perd chaq…