Editoriaux - Entretiens - Médias - Presse - Sport - 23 février 2014

L’aéroport Notre-Dame-des-Landes est un non-sens économique

Entretien réalisé par Marie Delarue.

Vous vous êtes associé, ce samedi 22 février, à la manifestation des opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Et donc au projet soutenu par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Quels sont vos arguments ?

Au terme d’échanges approfondis, j’ai définitivement forgé ma conviction que ce projet d’aéroport est à la fois inutile et coûteux. Au-delà de l’aspect environnemental (2.000 hectares des meilleures terres du bassin laitier gâchées définitivement, violation de la loi sur l’eau puisque 90 % du site est en zone humide), ce projet est un non-sens économique et budgétaire. Le coût, au minimum, de 600 millions d’euros permettra seulement de construire, à une vingtaine de kilomètres de Nantes, l’exacte copie de l’aéroport dit de Nantes Atlantique qui se situe au sud de la ville. Le comble, c’est d’investir autant d’argent pour placer un aéroport sur un site qui n’est desservi par aucune infrastructure de transport ferroviaire et qui sera éloigné de toutes liaisons TGV.

Renoncer à cette entreprise, c’est, nous dit-on, obérer le nécessaire développement d’une région particulièrement dynamique. Voyez-vous une alternative au projet de Notre-Dame-des-Landes ?

Une association sérieuse intitulée « NEXUS » a présenté un projet alternatif qui, à la différence de certains écologistes qui refusent à tort tout investissement, propose de mieux utiliser l’argent public et privé en prolongeant pour la même somme la ligne TGV entre Le Mans et Angers. L’intérêt économique global pour la région Pays de la Loire, que tous souhaitent légitimement, serait beaucoup plus important. L’aéroport d’Angers, tout neuf, est vide ; il serait à 60 minutes de Paris par TGV et pourrait être utilisé pour soulager les aéroports parisiens. Les Nantais seraient beaucoup plus proches des aéroports d’Orly et de Roissy et les nuisances liées au transport aérien seraient réduites.

Je désapprouve les méthodes de certains alternatifs écologistes mais il faut à un moment arrêter aussi le gaspillage de l’argent public, la collusion des intérêts privés et publics, les grands projets qui ne sont là que pour flatter les ego des grands féodaux de collectivités locales et de chambres de commerce. Faudrait-il, pour cela, reconstruire, j’allais dire ressusciter l’État avec un grand É, c’est-à-dire le lieu d’arbitrage dans le seul intérêt des Français.

Il est évident qu’aujourd’hui la raison serait à tout le moins de remettre à plat ce dossier de Notre-Dame-des-Landes. Rien ne presse. Les terrains sont achetés et donc ne disparaîtront pas. La conjoncture n’est pas fameuse et le trafic aérien n’est pas demandeur, et nos concitoyens méritent le respect car il s’agit de leur argent.

Des marginaux liés à l’extrême gauche en appellent ouvertement à la « guérilla urbaine ». La manifestation de Nantes a dégénéré, des policiers ont été blessés. Devant ces casseurs qui cherchent systématiquement l’affrontement avec les forces de l’ordre, que préconisez-vous ?

Le respect de la loi, tout simplement. La manifestation qui se voulait pacifique a été débordée par des casseurs qui ne représentent en rien la masse de manifestants qui expriment une légitime inquiétude à ce projet. Je demande à M. Valls de sanctionner ces casseurs. Malheureusement, le ministre de l’Intérieur montre une nouvelle fois qu’il est incapable de maintenir l’ordre aux abords d’une manifestation. J’invite M. Valls à moins s’occuper des médias et plus de son ministère.

Comments are closed.

À lire aussi

Nicolas Dupont-Aignan : « Cette commission d’enquête n’a plus aucun sens puisque M. Macron vient d’avouer qu’il est le seul responsable ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleNicolas Dupont-Aignan a claqué la porte de la …