Lady Diana : le cœur et l’argent du cœur ?

Journaliste, écrivain
 

Un jour viendra le temps des « faux prophètes », lit-on dans l’Évangile selon saint Matthieu. Nous n’en sommes pas loin. Faux philosophes avec BHL. Faux curés avec l’abbé Pierre. Faux économistes avec DSK. Faux écolos avec Nicolas Hulot. Faux-culs avec François Fillon. Et fausse noblesse avec Lady Diana dont on fêtera, le 31 août, le vingtième anniversaire de la disparition.

Soit l’occasion d’un nouveau scandale à venir. Ainsi, la chaîne anglaise Channel 4 s’apprête à diffuser un documentaire, Diana: In Her Own Words, consacré à celle que les tabloïds avaient jadis surnommée « la princesse du cœur ». Et là où tout cela devient très shocking, c’est que ce même documentaire reprend des images d’archives enregistrées de 1992 à 1993, à l’occasion desquelles la princesse de Galles s’épanchait sur ses petits malheurs conjugaux, évoquant des « rapports sexuels réduits au strict minimum » avec son époux princier. « Princesse du cœur », peut-être ; mais pas vraiment la reine du cul, semble-t-il.

Toujours transportée par les mêmes élans de pudeur, elle s’y plaignait encore du manque de réconfort prodigué par la famille royale, la reine Élisabeth II au premier chef, devant ses déboires intimes. Comme si les Windsor avaient pour vocation d’être une cellule de soutien psychologique experte en câlinothérapie.

Du coup, l’inénarrable Charles Spencer, petit frère d’icelle, a tenté en vain d’interdire la diffusion du documentaire incriminé. Voilà qui ne manque pas de menthe sur le gigot. Car si tout cela a été filmé, c’est donc bien que Lady Diana était consentante. À en croire les images, elle n’était pas ligotée sur une chaise avec un pistolet pointé sur la tempe. Et quand, en 2004, la chaîne américaine NBC les a diffusées, Charles Spencer n’a pas joué les vierges effarouchées, à ce que l’on sache…

Sacré Charlie qui, dès la mort de sa grande sœur, avec laquelle il était notoirement en froid, a voulu s’improviser tuteur de ses deux neveux, William et Harry. Proposition sèchement refusée par une Très Gracieuse Majesté l’ayant illico prié de repartir à ses frasques, entre divorces et maîtresses ; mais il en fallait plus pour décourager le tonton farceur. D’où des obsèques à grand spectacle, auxquelles se pressa le gratin du show-biz mondial, ravi d’applaudir un Charles Spencer s’en prenant à la presse et à la famille royale. Comme si la défunte ne l’avait pas utilisée, cette même presse, afin de mieux sur-vendre ses très superficielles et récentes actions humanitaires. Comme s’il confondait familles Windsor et Kardashian, alors que la reine, elle, estimait, en bonne Anglaise, que le chagrin privé a justement vocation à le demeurer. À ce sujet, prière de voir ou de revoir le magnifique film du pourtant très républicain Stephen Frears, The Queen, dans lequel il rendait un poignant hommage à Élisabeth II.

Le summum du bon goût ? Elton John couinant son « Candle in the Wind » en pleine abbaye de Westminster ; ce qui fit dire à sa seigneurie Keith Richards, des Rolling Stones : « Elton John, cette vieille dame tout juste bonne à chanter pour des princesses mortes… » Mais quand il n’y en a plus, il y en a encore et Charles Spencer se surpassa bientôt en voulant ouvrir une sorte de Diana Park dans sa propriété d’Althorp (95 francs l’entrée, tout de même), où le chaland pouvait marcher sur les traces de la disparue, même si elle n’y passa en tout et pour tout que quelques semaines de vacances. Ne manquait plus qu’un grand huit en Mercedes avec chauffeur affichant deux grammes dans chaque œil, et terminus dans une réplique du pont de l’Alma.

De fait, le véritable drame de Diana Spencer, c’est qu’elle voulait bien épouser un futur roi, mais sans avoir à supporter les inévitables contingences de la charge. Le jour au palais de Buckingham et la nuit en boîte. Le cœur et l’argent du cœur. Elle voulait être de son temps et, comme Paris Hilton, que chaque jour soit son anniversaire. Être dans le vent, en quelque sorte ? Soit une ambition de feuille morte. C’est réussi. Car c’est bel et bien du vent, même paré de strass, qui sera célébré à la fin de ce mois. Vive Camilla !

POUR ALLER PLUS LOIN