Editoriaux - Polémiques - Santé - Société - 16 novembre 2018

La hargne des sans-viande est sans limites : la Ligue contre le cancer doit refuser un don des chasseurs

Chaque jour, ou presque, nous apporte une nouvelle plus extravagante que la veille. Un truc hallucinant qui fait qu’on se pince violemment pour y croire. On se dit « non, cette fois, ce n’est pas possible, pas ça, quand même ! C’est une blague ! » Mais non, mais non, c’est juste la réalité. Celle d’une société où la bêtise hargneuse, vengeresse, prosélyte et militante a non seulement pignon sur rue mais occupe les grands boulevards des médias et des réseaux sociaux.

Par un principe physique dont je n’ai pas percé le mystère, moins un groupe de pression est important, plus la pression qu’il exerce est forte et plus épaisse est sa bêtise. De plus, force est de le constater, c’est un principe qui n’a pas de frontières et dont les effets s’exportent fort bien.

Ainsi, comme nous avons importé autrefois des États-Unis le chewing-gum et la malbouffe, nous adoptons chaque jour un peu plus l’insondable bêtise de nos voisins anglo-saxons en matière de mœurs, féminisme et autres foutaises politiquement correctes du type gender studies. Les revendications en cette matière étant sans fin, on découvre qu’un débat fait rage chez nos voisins pour la suppression du mot gentleman, honteusement sexiste, disent les féministes, puisque le dictionnaire d’Oxford y accole les qualités de « chevaleresque, courtois ou honorable ». On rappellera que leurs sœurs américaines réclamaient, il y a peu, la mutation du mot history en herstory. Je vous laisse méditer…

Notez que nous ne valons guère mieux. Nos féministes veulent faire sauter la maxime qui figure au fronton du Panthéon : « Aux grands hommes la Patrie reconnaissante ». Elles voudraient qu’on y inscrive « Aux humains la France reconnaissante » car, disent-elles, « ce n’est pas seulement le mot “homme” qui pose problème » mais aussi « le terme de “patrie” qui vient du latin patria (terre des aïeux) dérivé de pater (père), excluant ainsi les femmes ».

En passe de ravir la vedette à toutes ces militantes radicales d’une culture « ovarienne », on trouve maintenant les ayatollahs du non-viande. Des furieux et des furieuses (parité oblige) que la condition d’herbivore ne rend certes pas doux comme des agneaux. Il me semble, d’ailleurs, que les anciens disaient « bête à bouffer du foin »…

Bref, on apprend incidemment que la Ligue contre le cancer a été contrainte, sous la pression, de refuser un don de 2.000 euros au motif qu’il émanait d’une association de chasseurs. De chasseuses, même, pour être précis. C’est France Soir qui raconte : « Les Dianes chasseresses, organisation féminine de Mayenne, avait en effet organisé à l’occasion de l’opération Octobre rose une battue aux sangliers et aux chevreuils payante, le 21 octobre dernier. Une opération qui très vite a provoqué la colère des anti-chasse, et une pétition a été lancée appelant la Ligue contre le cancer à rejeter ce don. Les 914 signatures ont convaincu l’association de refuser le chèque. »

La présidente de la Ligue de Mayenne s’est indignée au micro de France Bleu : « Nous ne sommes plus dans une république. Nous sommes dans un endroit où des petits groupes, et je dis bien des petits groupes car la pétition rassemble près de 1.000 signatures par rapport à des milliers de gens qui sont pour la pratique de la chasse, nous obligent à baisser pavillon. » Question : pourquoi a-t-elle cédé ?

Mais la hargne des sans-viande ne s’arrête pas là. Les chasseurs de Mayenne sont maintenant victimes d’insultes et même de menaces de mort, comme la présidente des Dianes chasseresses qui aurait reçu « quelque 200 messages malveillants par jour ».

Vous savez ce qui m’épate le plus ? C’est le nombre d’abrutis qui n’ont rien d’autre à faire que déverser leur haine sur les réseaux sociaux.

À lire aussi

Benalla : coucou, le revoilà !

Vous savez quoi ? Le flingue, c’était pour rire. …