Editoriaux - Politique - 20 août 2018

La France va de mal en pis ? Parce que sa démocratie disparaît

Les Français participent de moins en moins à la vie politique de leur pays. Ils considèrent que la démocratie ne fonctionne plus et ils ne veulent pas servir d’alibi. À gauche, Viavoice et ses partenaires, dont Terra Nova, ont publié en 2014 les résultats d’un sondage sur l’appréciation par les Français de leur démocratie : les deux tiers des sondés pensent que la démocratie en France « fonctionne mal ».

Un sondage pour L’Obs, du 29 septembre 2016, indiquait néanmoins que 91 % des Français sont attachés à la démocratie. « Le recours à des référendums d’initiative populaire, introduits dans la Constitution française en 2008 et jamais utilisés, est aussi plébiscité par 75 % des Français. » Pourtant, d’autres sondages diraient exactement le contraire : pour 67 % des Français, il faudrait que la direction du pays soit confiée à des experts non élus qui feraient les réformes nécessaires mais impopulaires, et 40 % seraient favorables à l’arrivée d’un pouvoir politique autoritaire. Attali, notamment, rêve de ce type de solution, se voyant bien dans le rôle du Technicien Suprême. (Atlantico, 6 novembre 2015). Quand on connaît le parcours du personnage, il y a de quoi s’inquiéter pour ce qui reste de notre dignité citoyenne et de notre niveau de vie. Deux valeurs parfaitement respectées en Suisse. Trop petite, la Suisse, pour suivre son exemple ? Est-ce à dire qu’un « grand pays » comme la France n’aurait plus droit à la Liberté ?

Plus significatif que les sondages, scrutin après scrutin, on assiste à un dépérissement de l’expression démocratique. Et beaucoup avouent voter sans illusion. Près de 8 % du corps électoral théorique ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Parmi les inscrits, 25 % à 40 % ne votent pas et 8,5 % (second tour de l’élection présidentielle de 2017) votent blanc ou nul. En fait, moins d’un Français sur deux exprime un choix.

En 60 ans (1958-2018), les Français ont voté dix fois par référendum, dont cinq en dix ans à la demande du Président de Gaulle. Une tragique cassure s’est produite en 2008 quand droite et gauche amalgamées en Congrès ont foulé au pied le vote des Français qui, en 2005, avaient nettement rejeté la « Constitution européenne » : le peuple avait dit « non », les politiciens leur dirent que ce serait « oui »…

Emmanuel Macron a décidé de modifier la Constitution d’ici septembre 2018 sans solliciter l’avis des Français. Cette réforme, mal née, va encore réduire la vie démocratique du pays. Or, il existe dans la Constitution une possibilité pour les Français de décider des sujets importants qui les concernent et de provoquer un référendum, à l’initiative partagée du peuple et des parlementaires. Comme dans nombre de démocraties modernes, sereines et efficaces. Toutefois, institué il y a dix ans, ce type de référendum n’a jamais eu lieu car les conditions de sa mise en œuvre sont impossibles à réaliser. Mais, par une simple modification, légère, de la Constitution, on pourrait rétablir la démocratie en France.

Une pétition propose :
1) Que toute retouche de la Constitution soit soumise à référendum ;
2) Que ce soient seulement le dixième des parlementaires (et non le cinquième) et le trentième des électeurs inscrits (et non le dixième, soit un impossible 4,7 millions) qui puissent provoquer un référendum d’initiative démocratique.

Alors, signez la pétition, faites signer vos proches et votre fichier. C’est le moment où jamais. Si nous sommes assez nombreux, personne ne pourra plus nous ignorer. Si les règles du référendum sont modifiées, la démocratie reprendra ses droits dans notre pays qui en fut, historiquement, le concepteur.

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-p%C3%A9tition-citoyenne-pour-rendre-effectif-le-recours-au-referendum?recruiter=890850563&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

Commentaires fermés sur La France va de mal en pis ? Parce que sa démocratie disparaît

À lire aussi

Macron et la Russie : rien n’est gagné !

La France doit proposer à la Russie une alliance historique préférentielle. …