Juppé, c’est la bête blessée qui devient dangereuse…

 

Juppé passant, dimanche, par pertes et fracas, le ventre et la gueule du diable se déchaînent : ultra-libéral, traditionaliste, antisocial, brutal Fillon. J’en passe et des plus violentes. Ringard, conservateur, incapable, rétrograde, non crédible. Encore ? Destructeur des avancées de la Libération et du Conseil national de la Résistance – ils n’ont pas dit du Front popu, mais c’est juste que la place manquait. Tariq Ramadan des sacristies, allié des illuminés de LMPT – au moins, ceux-là ne sont pas des illuminati…

Devant cette longue liste de crimes et forfaits dont les médias nous abreuvent – unanimement sans qu’aucun d’eux manque à l’appel et marque sa discordance —, devant cette longue liste à laquelle il ne manque que de savoir si Fillon va rétablir l’esclavage et le servage, s’instaurer dictateur, révoquer l’édit de Nantes, supprimer le droit de vote des femmes et abolir la République, on reste un peu abasourdi…

On se demande comment ils peuvent encore tenir le crachoir avec cette indignité, cette partialité, cette vue courte et basse. Après leurs bugs devant le Brexit, après avoir « trumpé » la Clinton, après le premier tour de la primaire et leurs sondages faux à 24 points – excusez du peu ! —, ces journaleux se déchaînent comme l’ourse blessée.

Tout est bon ! Médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose. On appelle le ban et l’arrière-ban de la gauche pour faire passer le candidat de leur adoubement : le délinquant Alain Juppé, qui courageusement s’enfuit de France pour éviter la prison, celui qui se prend pour le Christ : « J’ai décidé de continuer le combat, pour ceux qui croient en moi ! » C’est qu’ils ont gros à perdre, les disciples qui crurent ou misèrent sur lui : les places, bien sûr — n’est-ce pas, Valérie et Hervé ? —, mais aussi les bons gros chèques et mises à fonds perdus que d’aucuns placèrent sur le gagnant prédésigné du système.

Nos amis s’y mettent à leur tour. Annonçant qui un quinquennat pour rien, oncques que Fillon ne fera rien qui soit conforme à sa foi, tel autre que la voix de Marine est la mauvaise — on le sait, puisque le FN baisse de sondages en élections et d’enquêtes en sondages. Ah non ? J’ai dû me tromper ? Tel dernier que Poisson-la-déception n’a pas fait ce qu’il fallait. Oubliant qu’un Villiers d’une autre trempe n’y parvint pas. Oubliant de souligner le grand courage des clercs et des pratiquants innombrables qui se rangèrent sous leurs bannières… Je galèje, mais qu’attendre comme prise de conscience des chrétiens quand les évêques nous pondent un ouvrage creux comme le gouffre de Padirac et duquel nulle odeur spirituelle et militante ne se dégage. Qu’attendre des chrétiens quand se divise LMPT, qui avait pouvoir de nous garder uni ?

Je ne sais ce que serait Fillon au pouvoir. Au moins, laissons-lui comme à Marine la chance de décrire son offre de services et les Français choisiront. Loin du bruit de ces jours, dans le silence marin ou très bénédictin.

L’attitude de Juppé, c’est la bête blessée qui remue et devient d’autant plus dangereuse. Comment osera-t-il venir, dans six mois, soutenir Fillon si celui-ci l’emporte ? C’est odieux et ce déferlement vaudra maints soutiens à Fillon. Dont le mien pour la primaire.

POUR ALLER PLUS LOIN