À SUIVRE

Jupiter fait son show-biz

 

Mélange singulier, Emmanuel Macron a le sourire de Nixon et l’allure de Kennedy : dévoré d’ambition comme le premier, jeune et tendance comme le second à son époque. C’est aussi lui le chef, il l’a dit. C’est Jupiter, nous affirme-t-on – Jésus, ça faisait peut-être trop ! C’est l’égotisme stendhalien porté au firmament. Il le croit et ses idolâtres aussi. Et, en plus de sa tentation omnipotente, pour demeurer fidèle à son image dynamique, il se doit donc de fréquenter le gotha du show-business international : « Il rencontrera lundi à Paris le leader de U2 [Bono], et deux jours plus tard la chanteuse de la Barbade [Rihanna] » (Le Figaro).

D’accord, ces deux-là sont « très actifs dans des ONG promouvant l’accès à l’éducation dans les pays en voie de développement » (ibid.), mais il doit sans doute se trouver des inconnus tout aussi actifs au sein de telle ou telle organisation de ce type. Sauf que ces gens-là ne brilleraient pas et ne pourraient donc faire briller le nouveau souverain avide de lumière. Ce serait comme Louis XIV recevant les hommages d’un illettré en lieu et place de Charles Perrault. Cela ne saurait se concevoir !

Certes, ce n’est pas le premier Président français à se faire tirer le portrait devant toute la presse en compagnie des stars – souvenons-nous de Nicolas Sarkozy et sa bande de people hétéroclites. Toutefois, à la différence de son prédécesseur, Emmanuel Macron ne veut pas briller au côté des célébrités mais au-dessus d’elles ; là est toute la nuance. Raison pour laquelle il se met en scène de façon ostentatoire et particulièrement déplacée, notamment après avoir rabroué publiquement un chef d’état-major des armées : « Après avoir revêtu la tenue de Top Gun pour saluer des militaires goguenards, s’être fait hélitreuiller d’un sous-marin en pleine mer ou tapé quelques balles de tennis en fauteuil roulant pour promouvoir les Jeux olympiquess à Paris, voici que le président de la République compte s’afficher avec deux stars internationales : Bono et Rihanna » (Valeurs actuelles).

Ajoutons aussi que les people sont moins encombrants que les syndicalistes ou, ces derniers temps, les policiers et militaires. Avec eux, on peut remuer du vent sans que ça se voie !

Dans une vidéo rendue publique, le psychiatre et psychothérapeute italien Adriano Segatori a fort bien résumé le personnage en ces termes : « Le paradoxe veut qu’il semble pathologiquement normal, mais nous sommes en plein narcissisme. »

Malheureusement pour lui, Emmanuel Macron est un Président 2.0 ; il vit dans une époque qui ne saurait lui offrir ces vers dithyrambiques adressés jadis au Roi-Soleil, lequel, plus modeste, s’était choisi Apollon à défaut de Jupiter :

« Ciel à qui nous devons cette splendeur immense,
Dont on voit éclater notre siècle et la France,
Poursuis de tes bontés le favorable cours,
Et d’un si digne roi conserve les beaux jours. »

(Charles Perrault, Le Siècle de Louis-le-Grand)

Mais la gloire ne se décrète pas, elle advient ou non !

POUR ALLER PLUS LOIN