Affaire Gregory

Le juge Lambert, troisième mort de l’affaire Grégory

Voyageur
 

Comme si l’assassinat d’un petit enfant n’atteignait pas déjà le bout de l’horreur, l’affaire Grégory continue de drainer ses alluvions toujours plus sales, emportant dans son sillage ce que notre société a de moins reluisant, une sorte de cour des éclopés sans plus d’espoir de miracle.

Hier mardi, toute la journée, c’est BFM TV qui s’est enfoncée dans la fange, en ressassant en boucle un nom – un seul – jeté aux lions de l’Audimat : le « petit » juge Lambert. Tout était de sa faute, à ce pauvre homme.

Incompétent, oui, bien sûr, et aussi attiré par les flashes des journalistes comme n’importe quel moustique. Qui peut lui jeter la pierre, de cette génération de démons de la télé-« réalité » qui tueraient pour un passage dans un quelconque zapping ? Le juge Lambert, incapable de corriger les errements des gendarmes locaux, ne sachant pas comment gérer Murielle Bolle, les Laroche, et finalement la pression, l’horrible pression, devant – pardon de me répéter – la mort non accidentelle d’un enfant.

Hier, mardi donc, toute la journée, BFM TV a décidé que la vie d’un homme pouvait être salie, parce que, hey, il l’a bien choisie, sa vie. Il a bien choisi d’avoir un rôle public. Et puis, la mort de Laroche, c’est bien sa faute, non ?

Hier mardi, ainsi, toute la journée, alors qu’on apprenait que la mort du fondateur de Daech était confirmée, alors que de la Maison-Blanche venait un nouvel épisode de ce House of Cards permanent que nous offrent Trump et les affidés de Poutine, alors qu’on décidait à Lausanne du sort olympique des impôts locaux à Paris, BFM TV n’avait qu’un nom aux lèvres, trois mots dans la bave. Petit. Juge. Lambert.

Le problème, c’est que même au fin fond de la Sarthe, on reçoit BFM TV.

À 19 h 11, une voisine de l’ancien juge d’instruction a appelé les forces de l’ordre. On a alors découvert le corps inanimé du « petit » juge, un sac en plastique sur la tête.

Jean-Michel Lambert était âgé de 65 ans.

C’est la troisième victime de l’affaire Grégory.

Qu’en dira le CSA ?

POUR ALLER PLUS LOIN