Gender : 200 000 Allemands contre l’idéologie arc-en-ciel !

Journaliste

Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce.

 

Malgré les menaces et les intimidations du ministre de l’Éducation nationale, certains parents continuent délibérément de ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Le même ministre s’obstine à nier que l’on veuille imposer en France la loi du genre, comme on tente pourtant de le faire un peu partout en Europe, en Suisse et en Allemagne notamment. Mais les parents d’élèves, outre-Rhin, ne se laissent pas faire : le 18 janvier dernier, ils avaient organisé à Cologne une manifestation publique contre les cours obligatoires d’éducation sexuelle, version gender. Certes, ils n’étaient qu’un petit millier, mais leur mouvement de résistance commence à faire tache d’huile parmi les parents allemands, malgré les menaces d’amende voire de prison s’ils gardent leurs enfants à la maison. Les réticences vont même en s’accélérant : près de 200.000 personnes viennent de signer une pétition contre l’enseignement de la « diversité sexuelle » dans le Bade-Wurtemberg, proche voisin de l’Alsace. Nos cousins germains, comme d’habitude, ne font pas les choses à moitié…

L’éducation étant outre-Rhin de la compétence de chaque Land, celui, rouge et vert, du Bade-Wurtemberg veut en effet, à partir de 2015, introduire à l’école des cours d’éducation sexuelle dans le but de favoriser – bel euphémisme — « la tolérance envers les diverses pratiques sexuelles ». L’initiative populaire « Contre le plan d’éducation de l’idéologie arc-en-ciel » a lancé une pétition pour obtenir le retrait de ce projet.

La requête, que l’on pouvait signer jusqu’à mercredi soir, a recueilli près de 200.000 signatures, 192.369 exactement, dont 81.973 du pays de Bade. Reste à savoir si le gouvernement régional en tiendra compte…

En Suisse, le débat sur la « sexualisation à l’école » vient de rebondir. Peu avant Noël, les partis de droite ont déposé une initiative populaire qui a recueilli 110.000 voix en vue d’empêcher toute éducation sexuelle à l’école avant que les enfants n’aient atteint l’âge de 9 ans. « Un enfant de quatre ans ne doit pas être obligé d’apprendre la différence entre hétérosexuel, gay, lesbienne et bisexuel ! », s’était indigné l’un des conseillers nationaux à l’origine de la résolution. L’initiative pour la « protection contre la sexualisation à l’école maternelle et primaire » devrait donner lieu à une votation fédérale prochainement.

À l’origine de cette initiative, on trouve un groupe de parents de Bâle-Ville qui a fait croisade contre une boîte d’accessoires pédagogiques (sorte de « sex box ») contenant des organes sexuels en… peluche ! La conférence des évêques suisses avait alors pris clairement position. « Ce sont les parents qui sont les mieux placés pour apprécier ce qu’il convient de dire à leurs enfants et quand il faut le leur dire, en tenant compte des différences dans l’évolution personnelle de chaque enfant et du projet éducatif de chaque famille. » Qu’attendent nos prélats pour entrer dans le débat ?

Faut-il enfin rappeler à M. Peillon ce qu’énonce solennellement la Convention européenne des droits de l’homme ? « L’État, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques » (protocole additionnel 1er, art. 2). À bon entendeur…

José Meidinger
Journaliste
Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce.

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


Ancien grand reporter à France 3 Alsace, il passe son temps entre l’Alsace et la Grèce.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.