Culture - Editoriaux - 4 juillet 2018

Jérôme Cahuzac à Cayenne, quelle veine !

Échapper à la prison pour finir au bagne, tel est le sort que s’est choisi le docteur Jérôme Cahuzac, qui vient de signer un contrat d’un mois (!) avec l’hôpital de Cayenne. Sans doute les rives de l’Oyapock, qui baigne la riante cité de Camopi où il a été affecté comme généraliste, sont-elles le dernier endroit de France où il peut se promener sans recevoir de tomates. Et encore… « Tout ce qui n’est pas bon, on l’envoie chez nous en punition, commente un agent de l’hôpital de Cayenne pour le site médical Egora. On est la poubelle de la France ! » Selon les informations du journaliste du Monde à Cayenne, le Dr Cahuzac touchera 5.000 euros pour ce mois de travail. Il est arrivé cette semaine, après quatre heures de pirogue, dans cette commune de 1.700 habitants et séjournera dans un logement de fonction, une maisonnette en bois.

Avant de remporter (casaque rouge à croix blanche, montant fiscfucking) le Grand Prix de Diane de la fraude fiscale devant son confrère Aquilino Morelle (sur Shoeshine II, toque Hermès, bottillons Berluti) dans le Prix du Conflit d’Intérêts, notre homme était chirurgien spécialiste de capilliculture. Après de cuisants échecs sur ses collègues Fabius et Moscovici, il réussit toutefois la première greffe d’un balai O’Cedar sur sa collègue Delphine Batho, puis celle d’une gare de triage sur Christiane Taubira, dont il aura le loisir de vérifier in situ la bonne tenue à long terme. Espérons donc que le Dr Cahuzac ait conservé – et, autant que possible, mis à jour – ses connaissances en médecine générale.

L’immense majorité des médecins consacrent leur vie à utiliser ce qu’ils ont appris à la faculté, même si ce n’est pas toujours dans des activités de soins. Ceux-là sont le plus souvent pathétiquement imperméables aux notions élémentaires d’économie, de gestion, de finances, etc. Ces braves gens sont les pigeons en platine des aigrefins et des vendeurs de défiscalisations tropicales miracles ou de placements à 20 % « totalement sûrs ».

Mais attention aux autres ! Les quelques médecins qui se découvrent une vocation d’affairiste ou de politicien sont rarement étouffés par les scrupules, même si tous n’atteignent pas les sommets d’un Marat, d’un Allende, d’un Che Guevara ou d’un Bachar el-Assad. Ainsi, outre les deux déjà cités, l’éléphant socialiste Jean-Marie Le Guen avait-il, par exemple, sous-évalué de 30 % à 40 % la valeur de ses appartements, garage, terrains et immeuble dans sa déclaration d’ISF.

Il ne manque pas, sur le territoire métropolitain, d’hôpitaux en quête de médecins, mais même si on peut en imaginer certaines, il est trop tôt pour connaître les vraies motivations de l’exil équatorial volontaire de Jérôme Cahuzac.

Il ne faut jamais désespérer de l’Homme…

Commentaires fermés sur Jérôme Cahuzac à Cayenne, quelle veine !

À lire aussi

Viande : les bobos font de bons gogos !

Ce qui est curieux pour un média aussi européiste qu'Arte, c'est qu'il devient tout à coup…