Immigration et délinquance : bobard d’État sur France 2

Ancien député européen, essayiste.

Président de Polémia.

 

France 2 s’est surpassée, hier soir, 25 novembre 2014 : avec l’argent des contribuables (la redevance), France 2 a prétendu démontrer qu’il n’y avait aucun lien entre immigration et délinquance. D’après un reportage de John Paul Lepers. Un homme qui est au journalisme et à la statistique ce que DSK est à sainte Bernadette. Il s’agissait, selon Renaud Dély (d’opinion) du Nouvel Observateur, d’une « enquête à vocation pédagogique à diffuser dans les écoles de journalisme » (sic) dans le but de « déconstruire des préjugés » (resic !).

Ben voyons ! Mais qu’est-ce qu’un préjugé ? En novlangue, c’est un fait politiquement incorrect qu’il s’agit de nier.

Car la corrélation immigration/délinquance ne souffre aucun doute. Certes, les immigrés ne sont pas tous délinquants (heureusement), mais une partie importante (très importante même) de la délinquance provient des populations immigrées.

Vous prendrez bien quelques chiffres ?

Selon l’INSEE (2011), les étrangers représentent 6 % de la population française mais 19 % des détenus au 1er avril 2014 [PDF], selon le ministère de la Justice. Soit un coefficient multiplicateur de plus de trois.

Selon le rapport Larrivé de l’Assemblée nationale, « environ 40.000 détenus peuvent être considérés comme de religion ou de culture musulmane », soit 50 % de la population carcérale alors que les musulmans ne représentent, selon les estimations, que 6 % à 9 % de la population. Bref, un coefficient multiplicateur de délinquance de plus de 5 (même en tenant compte des Français de souche convertis, ce qui est au demeurant une conséquence de l’immigration).

Allons plus loin : cela fait 60 % d’étrangers et/ou d’immigrés d’origine dans les prisons : 50 % de musulmans + de l’ordre de 10 % d’étrangers non musulmans venus d’Europe (Roms, notamment), d’Asie, d’Amérique du Sud ou de la partie non musulmane de l’Afrique.

Cela fait au grand maximum 30.000 Français de souche en prison pour 80.000 détenus. Bref, s’il y a surpopulation carcérale, c’est bien l’immigration qui en est la cause.

Et la population carcérale représente bien la population délinquante. Une étude de l’INHESJ (Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, présidé par le préfet Cyrille Schott récemment nommé par le gouvernement socialiste) le prouve [PDF]. Sur les quatre départements de la petite couronne d’Île-de-France, de 2007 à 2013, 76 meurtres ont été commis dans le 92 mais 204 dans le 93 ; or, les 2 départements ont à peu près la même population mais l’un a trois fois plus d’immigrés que l’autre…

Tels sont les faits. Il faut les rappeler. Il est temps de jeter par-dessus les moulins la censure légale, la censure médiatique et la censure sociale. Et de dénoncer les bobardeurs des médias de propagande.

MM. Nick, Cayatte et Lepers ? Ne les appelez plus « journalistes » mais propagandistes subventionnés.

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


Président de Polémia.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.