Le quantitative easing people est-il la solution pour relancer l’économie en Europe ?

Commandant de police
 

Le quantitative easing people serait-il un moyen de relancer l’économie en Europe ? On a tous entendu parler du quantitative easing qui consiste à faire marcher la machine à billets et, d’une manière plus concrète, donner plus de liquidités aux banques pour qu’elles puissent relancer le crédit auprès des particuliers et des petites entreprises. Ainsi, la Banque centrale européenne, par le truchement de son président Mario Draghi, a commencé dès 2015 cette politique monétaire qui consistera à imprimer plus de 11.000 milliards d’euros dans les années à venir.

Pour autant, les banques se sont montrées jusqu’à ce jour rétives à prêter aux particuliers, préférant investir cet argent dans des bons d’État ou autres, ne permettant pas ainsi de relancer l’économie.

Alors, que faire ? Telle est la question que s’est posée le grand imprimeur Mario Draghi, lequel aurait annoncé la possibilité de faire du quantitative easing « people » : en d’autres termes, accorder tous les mois une sorte de revenu inconditionnel à tout un chacun. L’idée de nous donner un revenu sans rien faire pour relancer l’économie et, partant, la croissance peut sembler excellente, mais alors qu’adviendra-t-il du revenu du travail : sera-t-il déconsidéré par les travailleurs qui préféreront ne plus rien faire ou n’est-ce pas les prémices d’un monde où le travail sera devenu une denrée rare en raison des nouvelles technologies qui remplaceront de plus en plus les travailleurs ? Il faudra donc inventer une nouvelle manière d’échanger.

L’idée d’accorder un revenu inconditionnel de base ne peut être viable qu’à la condition de l’octroyer en priorité à ceux qui ont un revenu travail et qui participent largement à financer toutes les aides sociales du pays, une manière d’équilibrer la justice sociale et d’éviter des conflits entre ceux qui se contentent de ne rien faire et ceux qui, faisant, n’ont pas grand-chose de plus en fin de mois. Somme toute, ce revenu de base inconditionnel aurait l’avantage de relancer la consommation et peut-être bien les « faux » chômeurs qui seraient contents de le toucher aussi.

Jean-Paul Mounier
Commandant de police

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.