Audio - Editoriaux - Entretiens - Médias - Radio - 8 mars 2019

Jean-Yves Le Gallou : « Guillaume Faye a sûrement influencé beaucoup de générations »

L’essayiste, journaliste et animateur de radio Guillaume Faye vient de disparaître à l’âge de 70 ans. Réaction de Jean-Yves Le Gallou au micro de Boulevard Voltaire.

Guillaume Faye nous a quittés ce 7 mars. Il était essayiste, journaliste, théoricien et animateur radio. On peut dire qu’il a vécu plusieurs vies. Quel souvenir garderez-vous de cet homme ?

Je garde le souvenir de quelqu’un d’extrêmement créatif, imaginatif, original et très drôle aussi.
Quand il était à Skyrock, il faisait le skyman. Son activité professionnelle était le canular téléphonique. C’était des canulars plutôt gentils. Ce n’était pas « la Ligue du LOL ». Il en a vécu quelques années.
Je crois qu’il a laissé une œuvre intellectuelle intéressante. Plusieurs de ses livres m’ont paru et me paraissent toujours très importants.

On a l’impression que c’est le seul à avoir réussi à passer de l’extrême droite à Skyrock puis de revenir à l’extrême droite.

C’est tout à fait étonnant. Il a eu trois périodes dans sa vie.
La première période est lorsqu’il travaillait pour le GRECE ou pour Éléments. Il a écrit deux ouvrages très importants : Le Système à tuer les peuples et Nouveau discours à la nation européenne. Ces livres ont été écrits il y a plus de trente ans maintenant. Ce sont des livres très importants pour comprendre la situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Il avait bien anticipé les problèmes.
La seconde période était lorsqu’il travaillait chez Skyrock. C’était une période déjantée lors de laquelle il a dû consommer des produits divers et vivre dans un milieu tout à fait étrange.
La dernière période a commencé à partir des années 1999-2000, c’est-à-dire à la charnière du siècle actuel. Il est revenu vers le combat identitaire. Il a écrit, à ce moment-là, une série de livres intéressants. J’en retirerais deux, tout particulièrement, qui sont au début de cette période-là, lorsqu’il éditait à la Librairie nationale. Le premier, c’est La Colonisation de l’Europe, et le second, qui est sans doute un de ses livres les plus importants, em>L’Archéofuturisme.

L’un des plus célèbres concepts qu’a développés Guillaume Faye est l’archéofuturisme. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

C’est utiliser les nouvelles technologies au service de la remise en valeur de traditions beaucoup plus anciennes. C’est la tradition et l’innovation. Tout le monde fait un peu de l’archéofuturisme. Si on utilise les moyens de communication modernes pour valoriser nos origines, notre patrimoine et nos traditions, alors on fait un peu d’archéofuturisme.

Le décès de Guillaume Faye est passé de manière relativement discrète dans les médias. Les médias « mainstream » n’en ont absolument pas parlé. Seuls les médias dits de la « réinformation » l’ont évoqué et quelques médias étrangers européens. Comment expliquer ce silence ?

La logique des médias « mainstream » vis-à-vis de tout ce qui n’est pas politiquement correct, c’est soit le silence, soit l’hyperdiabolisation. Dans la mesure où Guillaume Faye n’était pas un personnage engagé dans la vie électorale ou dans la vie politique, le silence est le traitement naturel.
En revanche, je pense que sa disparition ne laisse pas indifférent dans les milieux de la réinfosphère, dans lequel il était un personnage haut en couleur, un type à qui il pouvait certes arriver de déraper, mais un personnage qui a sûrement influencé beaucoup de générations.

À lire aussi

Jean-Yves Le Gallou : « Les Bobards d’or visent à récompenser les meilleurs journalistes du système… »

Les politiques ne sont pas éligibles aux Bobards d’or. Ça ne concerne que les médias. M. C…