Nos sincères condoléances à Jean-Claude Juncker


Auteur pour la télévision.

 

Nous savions déjà qu’en cas d’élection de Marine Le Pen, une flopée de people allaient fuir la France. Toute la famille Bedos cachée dans une malle Vuitton tentera de passer la frontière pour aller demander l’asile politique à la Corée du Nord tandis que Le Clézio, Nagui, Enrico Macias et Yannick Noah seront repêchés au beau milieu du lac Léman où leur hors-bord aura fait naufrage.

À cette tendance migratoire haut de gamme s’ajoute, aujourd’hui, un projet qui pourrait devenir tendance : le deuil. Le précurseur, le lanceur de mode en la matière n’est autre que Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne qui a déclaré avoir l’intention de « porter des vêtements de deuil » si Marine Le Pen…, etc. Compte tenu de la tristesse du costume que porte ce genre de personnage au quotidien, il est permis de se demander comment il compte faire plus mortel. En tant que fossoyeur de l’Europe, tout le monde était bien d’accord pour lui trouver la tête de l’emploi. Mais non ! Il peut encore aggraver son apparence. Faire une mine plus contrite, se déplacer en corbillard, s’accrocher une couronne mortuaire dans le dos, payer des pleureuses… La menace est réelle.

Et la France tremble.

Tous ces départs à venir, ces migrants en haillons « Gucci » errant dans les rues de Lausanne, ces Bedos contraints de faire des blagues en coréen, ce pauvre Juncker affublé d’un chapeau et d’une voilette… Marine Le Pen aura-t-elle la cruauté de se faire élire ? À ses coupables intentions de nazifier la France va-t-elle ajouter la souffrance de tout un peuple de gauche livré aux pires tourments ? Eh bien non, elle n’en a pas le droit.

Le combat humanitaire qui s’annonce est de taille : sauver la quasi-intégralité de la troupe des « Enfoirés ». Lui épargner un départ précipité vers des contrées incertaines, même si Jean-Jacques Goldman a pressenti le danger et s’est déjà enfui en Angleterre, d’où il lancera peut-être un appel à le rejoindre, mais attendons le 18 juin… « Les Enfoirés parlent aux Enfoirés »… De la séquence historique se profile. Nous allons vivre de grandes heures.

Juncker n’a pas dit son dernier mot non plus. Dans un moment d’égarement, il pourrait se tirer une balle… Sur le terrain de la dramatisation politique, toutes les idées sont les bienvenues. Départ, deuil, suicide… Demandez le programme ! Grande soirée caritative en faveur des chanteurs des « Enfoirés ». Les pauvres donnent aux people pour qu’ils se cassent le plus vite possible ! La cause est belle. Juncker en pleurerait s’il ne devait économiser sur les larmes en prévision de ce maudit jour…

Auteur pour la télévision.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.