Macron : le comique repenti de la présidentielle


Auteur pour la télévision.

 

La repentance ordinaire instituée par le socialo-maso-dingo ne suffisait pas. Emmanuel Macron pousse le bouchon plus loin et affirme sans rire : la colonisation est un crime contre l’humanité. Le journaliste de la chaîne de télé algérienne Echorouk News qui l’interviewait n’en demandait pas tant. Ça, alors ! Le politicien français de base est un don du ciel. Un vrai père Noël. « Mais encore, mon bon monsieur Macron ? Avez-vous d’autres joujoux par milliers à déposer dans mes souliers ? » demande le journaliste algérien au comble de l’émerveillement. « Mais bien entendu », lui répond le macronisant au bord des larmes : la colonisation est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de bla-bla-bla… » Voulez-vous que je m’enduise de goudron ?

Ah, s’il est élu, vous allez voir ce que vous allez voir, mon cher monsieur journaliste algérien… Enrico Macias en prison ! Odieux colon ! Crime de guerre ! Klaus Barbie/Macias, même punition ! Et un nouveau Nuremberg de toute urgence ! Tous les pieds-noirs alignés contre un mur… Tatatatata… Fusillés par les enfants des colonisés, ceux d’Aulnay-sous-Bois, de Bobigny… Ils ont déjà les kalachnikov. « Ça doit servir, ces machins-là, sinon, ça rouille, vous savez ce que c’est… Et la guitare d’Enrico, on va vous en faire un feu de bois ! Pour l’exemple ». Le gars de Echorouk News est obligé de l’arrêter.

« Il vendrait sa mère, celui-là », se dit-il en son for intérieur. Avant de partir, Macron se donne un dernier coup de fouet puis s’envole pour un de ses meetings surréalistes, non sans avoir bien précisé qu’il tenait les Français pour de gros salopards tous plus pourris les uns que les autres… Formule de politesse diplomatique…

Au meeting de Lyon, l’ambiance « Temple solaire » bat son plein. À coups de messages via l’application Telegram, la « team ambiance » du candidat galvanise les supporters baptisés « helpers »… « Plus fort à droite », « lâchez les bravos » « je veux du spontané »… Macron : « I am the candidat of the big repentance »… Puis il tente de s’exprimer en français. C’est pas facile. « Moi vouloir être Président à la place du Président. » Les exhortations à l’enthousiasme pleuvent sur les téléphones des clampins parqués dans une sorte de carré VIP, les « Very Important Pigeons » : « Il a raison », « pas pendant qu’il parle » « trompettes : go ! » Le clampin s’exécute. Faut-il jouer du trombone ? De la mandoline ? Il a tout sur lui… Le « helper » est un homme-orchestre. Noces, banquets, bar-mitsva… Devis gratuit sur demande. « Lâchez du spontané ! » « Arrêtez de penser ! » « Suicidez-vous ! » Un infiltré du FN a pris le contrôle de Telegram, c’est une boucherie. Pas un seul survivant. Mon Dieu, dans quel monde vivons-nous…

À ce stade de la compétition, j’affirme ici qu’un candidat bien « packagé » qui dirait aux Français « Je vous tiens tous pour une belle bande de crétins » pourrait faire 20 % dans les intentions de vote.

Auteur pour la télévision.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.