Le prêt miraculeux de Thomas Fabius


Auteur pour la télévision.

 

Seuls les lecteurs titulaires d’un BAC + 6 en combines et magouilles pourront peut-être aborder avec sérénité les circonvolutions du dossier Thomas Fabius. Combien de week-ends gâchés par la lecture de l’article du Parisien du samedi 22 juin consacré à cette affaire ? Combien d’appels au secours, de migraines, de comptables retrouvés pendus, de fiscalistes admis aux urgences ? Dieu-Bercy seul le sait.

Le tout débute par une plainte pour faux et escroquerie. La routine. Tracfin, la cellule anti-blanchiment, découvre un million d’euros arrivé comme par enchantement de Macao sur le compte de Thomas Fabius. Gagné au poker, objecte l’intéressé. Diable ! Contre Humphrey Bogart ou OSS 117 ? Dimanche soir, cinéma de minuit, noir et blanc… on visualise. Puis notre champion du carré d’as crée avec une Néerlandaise – sans doute genre Lauren Bacall – une SCI qui acquiert, en 2012, un appartement de 285 m² boulevard St Germain pour la modique somme de 7,4 millions d’euros dont 3,4 sont apportés par notre héros qui, par ailleurs, ne déclare aucun revenu cette année-là. Oups. Aucune dotation familiale ou héritage n’étant à signaler, nous découvrons que la banque Monte dei Paschi a prêté quatre millions d’euros au fils de qui nous savons, remboursables à terme, sans aucune mensualité jusqu’en 2022. Le nirvana bancaire existe. Sur la base de quelles garanties ce prêt est-il accordé ? Se reporter à la rubrique magie noire de Boulevard Voltaire (rubrique en voie de création).

Les téméraires parvenus jusqu’à ce stade du dossier s’imaginent naïvement être sortis d’affaire et pouvoir partir tranquillement décompresser dans un coin reculé de la Creuse. Que nenni, car voici la saison 2 avec son lot de mystères et de points noirs.

D’un financement douteux, l’appartement a été payé – pour tout simplifier — 26.000 € du mètre carré alors que les prix dans ce quartier oscillent entre 15.000 et 17.000 €. Re oups. Les robinets sont-ils en or massif, comme le fait remarquer un agent immobilier ? La moquette en poil de Panda ? Par quel miracle, ce même appartement payé 4,4 millions en 2010 vaut-il trois millions de plus deux ans plus tard ? Vous reprendrez bien un peu d’UPSA effervescent ?

À l’intention des rares lecteurs ayant survécu aux lignes ci-dessus, il convient d’ajouter en guise de coup de grâce que Thomas Fabius loue un autre appartement à quelques encablures du premier. Un petit 90 m² comportant de grands espaces de réception. Dans quel but ? Les 285 m² du premier ne suffisent pas ? Aïe. Tracfin en effervescence… Comme les comprimés du même nom.

Pour récompenser les deux ou trois lecteurs qui auront réussi à suivre les méandres de ce long fleuve tranquille fabiusien jusqu’au bout, la banque Monté dei Paschi offre un prêt de plusieurs millions d’euros, remboursable aux calendes grecques et sans aucune demande de garantie ou revenu d’aucune sorte. Félicitations aux heureux gagnants.

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


Auteur pour la télévision.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.