La gauche « Men in Black » va gagner !


Auteur pour la télévision.

 

« La gauche peut gagner si elle défend son bilan », tonitrue Manuel Valls au micro de RTL. Gagner… Pourquoi pas… Un concours de pétanque, un match de volley… oui. C’est possible. Avec une bonne équipe, des joueurs bien motivés, la gauche peut gagner. Une coupe, un filet garni… Dans ce secteur, tous les espoirs sont permis.

En revanche, pour les présidentielles, Manuel Valls doit revoir sa stratégie et affirmer plutôt : « La gauche peut gagner, si elle parvient à faire oublier son bilan. » Partant de ce postulat, l’ensemble des Français atteints d’Alzheimer sont conquis d’office. Pour les autres, François Hollande doit se procurer au plus vite l’outil des « Men in Black », le « neuralyzer », qui permet d’effacer la mémoire d’un ou plusieurs interlocuteurs. L’objet est réglable et peut donc s’adapter à tout un quinquennat. Pour fonctionner, le sujet doit regarder l’émetteur de l’appareil tandis que l’utilisateur, muni de lunettes de soleil, évite ainsi d’être atteint par l’amnésie. Un flash habilement envoyé sur TF1 à une heure de grande écoute et les Français ne se souviendraient plus de rien. Néanmoins, avant de confier ce gadget redoutable à François Hollande, les socialistes doivent prendre conscience qu’il risque de l’orienter du mauvais côté. Une petite formation sera nécessaire. Après utilisation, il suffit de raconter une tout autre histoire à la victime : baisse considérable du chômage, renvoi des migrants, concert merveilleux au Bataclan, Cahuzac béatifié… Et le tour est joué !

Mais Manuel Valls ne mange pas de ce pain-là et appelle la gauche à se rassembler derrière heu… François Hollande.

S’il était candidat en 2017, précise-t-il. S’il commettait cette folie… Quelqu’un va le raisonner, non ? Donc, dans l’éventualité où un psychologue parviendrait à faire renoncer le Président sortant à se faire rouler dans la farine, Manuel est dans les starting-blocs. Prêt au lynchage : « Je suis Premier ministre, soit deuxième personnage de l’État, j’ai été ministre de l’Intérieur, j’ai été maire d’une grande ville… » Il ne manque, à l’énoncé de son CV, que la réussite de son permis de conduire. Obtenu du premier coup, s’il vous plaît ! Et la référence suprême : n’a jamais mis un seul doigt de pied dans le monde du travail. Bref, le candidat idéal.

Puis il croit bon d’ajouter, afin, sans doute, de démontrer son incompétence : « J’ai posé les mots qu’il fallait pour définir la menace terroriste… » Tandis que certains posent des bombes, lui pose des mots. C’est vraiment l’homme dont la France a besoin. Celui qui va nous débarrasser des djihadistes à coups de dictionnaire…

Mais cessons ces moqueries puisqu’en réalité, Manuel Valls est pessimiste. La gauche ne peut pas gagner, la gauche VA gagner. Du moins ses idées. Son idéologie. Un Juppé ou un Sarkozy ne fera que continuer à creuser le même sillon économique, culturel, migratoire, médiatique, etc. Rien ne changera. L’achat d’un neuralyzer est inutile. La terrible menace fasciste agitée par les médias leur fera tout oublier.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Recevez gratuitement nos articles !


Auteur pour la télévision.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.

Vues : Array