Faut-il faire l’amour dans un ascenseur pour devenir socialiste ?


Auteur pour la télévision.

 

Les records de profondeur atteints par les derniers sondages n’ont pas encore réussi à décourager les communicants de l’Élysée. Sur ce navire, même par moins 4.000 mètres, l’orchestre continue à jouer. Des instruments à vent exclusivement. À la surface, les journalistes spécialisés contemplent les bulles qui s’échappent de cette fanfare sous-marine composée exclusivement de pipeaux et de flûtes désenchantées.

La dernière poche d’air venue crever la surface a retenu l’attention par son ésotérisme. Elle émane du patron de cet ensemble musical, un certain Gaspard Gantzer, dit « le commandant Cousteau de la communication ». Sur sa page Facebook, les internautes ébahis ont pu lire : « Ceux qui croient que les 4 % pro-Hollande et les 4 % d’amoureux en monte-charge ne font qu’un n’ont rien compris. » L’affaire était obscure. Peut-être s’agissait-il d’un message de détresse codé ? Un appel au secours, un SOS rédigé dans un langage emprunté à la « Résistance » ? Au travers de son assemblage de mots incompréhensibles, le pauvre homme tentait peut-être d’attirer l’attention d’un hélicoptère ou d’une chaloupe. Il voulait être hélitreuillé de l’Élysée, sortir de là, revenir dans le monde des vivants, respirer à nouveau.

C’était évident. D’autres ont imaginé que l’étrangeté du message était causée par l’ivresse des profondeurs… Mais rien de tout cela.

Après traduction par les services de contre-espionnage de la planète Mars, en réalité, Gaspard Gantzer établit un parallèle entre les 4 % de citoyens encore favorables à François Hollande et les 4 % de Françaises et de Français qui, selon les sondages, ont déjà fait l’amour dans un ascenseur. C’est pour démontrer l’absurdité des sondages, explique le patron de la communication abstraite de François Hollande. Ah d’accord ! Enfin bon… L’explication reste tout aussi obscure que le contenu du message. Si nous tentons de suivre – au péril de notre équilibre mental – le raisonnement de ce technocrate, il serait tout aussi absurde de demander aux Français s’ils se sont déjà livrés à un coït furtif entre le 3e et le 7e étage, que leur demander s’ils font encore confiance au chef de l’État. Oui, pourquoi pas… Qui va avouer sans complexe s’être livré à l’une ou l’autre de ces activités ? 4 % tout au plus. Quant à ceux qui pensent à François Hollande en faisant l’amour dans un ascenseur… À peine 1 %. « Quand je pense à Holland, je déb… », dit la chanson. 

Nous voilà donc rendus au bout de la compréhension des pensées fumeuses de ce communicant de l’extrême. Au travers de son message abscons, Gaspard Gantzer voulait dire que 50 % de Français font confiance à François Hollande, mais seulement quand ils prennent l’ascenseur nus et en couple et qu’en plus, ils n’osent pas le dire aux sondeurs. J’ai bien tout compris ?

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
26716

Recevez gratuitement nos articles !


Auteur pour la télévision.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.

Vues : Array