Entretien - Chrétiens d'Orient

Jean-Pax Méfret : « J’ai beaucoup d’admiration pour ces jeunes qui aident les chrétiens d’Orient »

Jean-Pax Méfret sort une nouvelle chanson, « Noun », sur et pour les chrétiens d’Orient. Il évoque leur persécution, leur combat, leur foi mais lève aussi un voile sur sa propre foi. Un bel exemple d’engagement et de transmission. Au service, entre autres, des jeunes engagés dans l’association SOS Chrétiens d’Orient.

Vous venez de sortir un nouveau CD, un nouveau 2 titres. Vous chantez pour les chrétiens d’Orient. Pourquoi cette nouvelle cause des chrétiens d’Orient ?

Parce que c’est une cause juste. C’est une cause à laquelle il faut s’intéresser. Ce sont des gens qu’il faut défendre. Il faut qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas isolés et que l’on pense à eux en Occident.

Vous avez chanté pour de nombreuses causes. On pense surtout à l’Algérie, à l’Indochine. Quel est le lien, dans vos chansons, entre toutes ces périodes de l’Histoire que vous avez chantées jusqu’aux chrétiens d’Orient ?

L’Indochine, l’Algérie et la question des chrétiens d’Orient sont des choses qui m’ont touché ou qui ont touché certains de mes amis. Ce sont des choses qui doivent rester dans l’Histoire.
Je chante pour laisser une trace, mais aussi pour que les gens et surtout les jeunes se souviennent de ce qui s’est passé en France.

Votre chanson sur les chrétiens d’Orient s’appelle Noun. Pourquoi ce titre ?

Noun, c’est la lettre N de l’alphabet arabe. C’est l’initiale de Nazraïde, qui veut dire Nazaréen.
On peint généralement cette lettre sur les façades pour indiquer les maisons qui doivent être brûlées et les populations qu’on doit tuer.
Ce signe est utilisé pour les dénoncer et, finalement, les stigmatiser.
Les chrétiens d’Orient l’utilisent aujourd’hui pour en faire un étendard de gloire et de courage

Vous avez chanté l’année dernière et vous allez encore chanter cette fois-ci lors d’une soirée organisée par l’association SOS Chrétiens d’Orient. Quel regard posez-vous sur ces associations, ces jeunes, ces Français qui ont adopté cette cause et qui se battent pour elle tous les jours ?

Je porte un regard admiratif. J’ai chanté pour eux avec un grand plaisir à Fréjus.
D’ailleurs, à cette occasion, j’ai chanté « Noun », que j’ai écrite.
J’ai beaucoup d’admiration pour ce groupe de jeunes qui part aider ces chrétiens en Syrie, en Irak ou au Liban.
J’ai voulu les soutenir et apporter mon concours.

Quel est le message que vous avez voulu adresser à ces chrétiens d’Orient ?

Je voudrais leur dire qu’ils ont raison de garder la foi.
Leur foi nous concerne aussi et nous sommes solidaires de ce qu’ils vivent.

Il y a une deuxième chanson sur ce CD qui s’appelle « Donne-moi la force ». Est-ce que c’est la profession de foi de Jean-Pax Méfret ?

Jean-Pax Méfret a été élevé par les maristes.
Il a toujours vécu dans la foi.
Il est vrai que je le ressens beaucoup plus maintenant, parce que les années passent.

POUR ALLER PLUS LOIN