L’hépatite C, ça peut rapporter gros !

Médecin

Médecin urgentiste et généraliste

 

À l’heure où madame Touraine, ministre de la Santé, nous annonce qu’elle va faire des économies sur le budget de la Sécurité sociale, la presse nous annonce deux nouvelles. L’une bonne : la société américaine Gilead a découvert un médicament (le Sovaldi) qui doit permettre de traiter et de guérir 90 % des malades atteints d’hépatite C, alors que les traitements actuels n’ont pas un tel taux de réussite et sont souvent mal supportés. L’autre mauvaise : ce médicament est très, très cher (56.000 € le traitement de 12 semaines), au point que le députés PS Gérard Bapt, rapporteur du projet de loi de finances sur la Sécurité sociale, a demandé au président de la filiale française de ce laboratoire de revoir le prix de ce médicament à la baisse, sachant qu’il sera remboursé à 100 % par la Sécurité sociale et que le fait de traiter les 60.000 malades les plus gravement atteints représenterait un budget de plus de 3 milliards d’euros.

On peut, bien sûr, penser que la santé n’a pas de prix, mais lorsqu’on sait que le coût de fabrication du médicament serait d’environ 200 € par traitement, on est loin des 56.000 €, prix auquel ce laboratoire entend vendre son traitement. Certes, le prix de revient ne prend pas en compte les frais de recherche et de développement qui furent nécessaires pour proposer cette molécule, mais il est peu probable qu’ils puissent justifier un tel écart. Nous somme bien loin de l’image d’Épinal où l’on voyait un apothicaire fabriquer les médicaments prescrits par le médecin. En se substituant à l’apothicaire pour la fabrication des médicaments, l’industrie pharmaceutique a pris, progressivement, le contrôle du système et, par sa position dominante, impose ses lois.

Nous en avons, ici, la preuve éclatante. Il s’agit d’une magnifique opération commerciale qui s’appuie malheureusement sur un concept que la morale ne peut que réprouver : tu paies ou tu meurs. Alors, comment ne pas payer ? Il est probable que les autorités de santé accepteront un prix très élevé afin de ne pas priver le citoyen français d’une thérapeutique déjà employée (au prix fort) dans d’autres pays.

Je sais que la morale est très éloignée de toutes ces considérations économiques et que l’industrie pharmaceutique ne considère le monde de la santé, de la maladie, et de la souffrance que comme un marché dont il faut tirer un profit maximum, et il est parfaitement concevable que les laboratoires cherchent à obtenir un bénéfice de leurs recherches mais, en l’occurrence, ce cas semble davantage relever du chantage que des simples lois du marché. La Sécurité sociale dépense environ 30 milliards par an pour les médicaments, il est probable que si le gouvernement ne peut pas faire baisser le prix de celui-ci (et sûrement d’autres à venir), il fera des économies sur le remboursement des autres au détriment de la grande majorité des malades.

Alors, devant une telle attitude si peu éthique, ne serait-il pas juste que nos gouvernants, chargés de nous représenter et de défendre nos intérêts, obligent le laboratoire, pour sa distribution sur le territoire français, à « génériquer », par nécessité, sa molécule, afin de pouvoir en faire bénéficier tous les patients atteints sans détrousser encore plus l’assurance maladie ? Malheureusement, cela est peu probable car, dans cette confrontation, où se situe le pouvoir ?

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


Médecin urgentiste et généraliste

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.