Non, Nicolas Sarkozy n’est pas l’ homme providentiel !

Etudiant en Histoire
 

Depuis 200 ans, c’est récurrent dans l’ histoire de France : lorsque nos institutions et nos politiques sont bloquées, on fait appel à l’homme providentiel… Ah ! Quels fantasmes refoulés ne se cachent pas derrière ce concept !

Le dernier en date : de Gaulle.

Celui qui prétend l’être actuellement : Nicolas Sarkozy. Loin de moi l’ idée de me livrer à une énième séance de « Sarko bashing », mais la naïveté de certains (et surtout ceux de ma génération) me pousse à rétablir quelques vérités sur ce qu’est un homme providentiel, et sur ce que vaut Sarko réellement…

Dans notre histoire, l’homme providentiel est un militaire (souvent) : pensons à Bonaparte, Boulanger, Pétain, de Gaulle… mais surtout un homme doué d’un réel courage (toujours) et d’un patriotisme viscéral. Or, force est de constater que Sarkozy n’est ni l’un ni l’autre…

Quel courage, en 2010, quand il aurait pu briser les syndicats marxistes bloquant les entreprises – comme le fit Thatcher en son temps – avec les réformes des retraites ?

Quel courage, quel patriotisme lorsque, traîtreusement, il nous imposa le traité de Lisbonne en 2008, que nous avions rejeté par référendum en 2005 ?

Quel courage, lorsqu’il réintégra la France dans le commandement intégré de l’OTAN  en 2009, trahissant de Gaulle qui nous avait extrait de la domination américaine en 1966 ?

Faut-il que les Français aient la mémoire courte pour que des mouvements comme la Manif pour tous et autres Sens commun lui fassent les yeux de Chimène ? Ont-ils oublié la théorie du genre introduite à l’école sous Chatel en 2005 ? Comment des gens de conviction comme Wauquiez, Guaino, Gosselin ou Poisson peuvent-ils se faire abuser par cet homme-là et ses belles promesses jamais tenues ? Sont-ils donc aveugles ?

La liste des renoncements et des lâchetés de cet homme serait trop longue à reproduire ici…

Les Français veulent un Poutine, un chef, quelqu’un qui aille « buter les terroristes jusque dans les chiottes », et qui ne s’aplatisse pas devant Bruxelles ou Washington, ou même devant les lobbies LGBT… Non, monsieur Sarkozy, never again!

Imanol Euskara
Etudiant en Histoire

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.