Editoriaux - Histoire - Religion - Table - 6 juillet 2013

Il y a de braves gens parmi les musulmans… en dépit de l’islam.

Je voudrais ici répondre à l’article d’Arnaud Guyot-Jeannin « L’islam contre les islamo-racailles de banlieue ! », publié le 23 juin 2013 sur Boulevard Voltaire.

Sans même parler en tant que chrétien pour qui l’islam est nécessairement un Antichrist (Mt 24.4,11,24 ; Ga 1.8 ; 1 Jn 2.22-24 ; 4.2-4…), une des têtes de la Bête (Ap. 13.1+), il est facile de montrer avec la seule raison que la louange de M. Guyot-Jeannin adressée à l’islam est mensongère. En effet, s’il commence par faire remarquer que le Coran contient des sourates « contradictoires », il ne s’en offusque pas en considérant que le Coran est censé être la parole du Dieu UN… mais il veut, à l’instar de tous les apologètes de l’islam, utiliser les sourates « acceptables » pour en faire des gages de respectabilité du Coran, comme si ce n’était justement pas le propre des hypocrites et des menteurs d’avoir plusieurs paroles…

Au lieu de dénoncer cette division au fondement de l’islam non seulement comme une source intarissable de luttes intestines, mais encore, et en conséquence, comme la preuve de son incapacité à apporter jamais la paix au monde qu’il ne peut donc posséder, notre auteur espère trouver dans ce qu’aura épargné le fracas de ces contradictions de quoi chanter les louanges de l’islam…

Après avoir honteusement assimilé l’Église catholique à « toutes les religions qui s’historicisent » et ne pourraient à cause de cela « se définir comme unitaire », alors même que précisément le catholicisme – et lui seul – peut unir tous les hommes sous l’autorité divine d’un seul chef (Mt 16.18-19 ; Jn 10.16, 21.15-18), l’auteur avance que « tous les honnêtes hommes » devraient dénoncer l’amalgame « islam = terrorisme », et ce en dépit de l’exemple de Mahomet, des textes de référence de l’islam, de l’histoire, et de l’actualité.

Cette courante méprise vient de ce que, tous les musulmans n’étant pas des terroristes en acte, le mérite de leur comportement pacifique est attribué à la vertu de l’islam. Or, s’il y a de braves gens en islam, cela n’est pas à mettre au compte de l’islam, mais au compte de la nature humaine, créée bonne par Dieu, en sorte que ces musulmans préférant écouter leur conscience, qui est la voix de Dieu parlant au cœur de tout homme pour l’inviter à faire le bien et éviter le mal, ils n’obéissent pas à ce que leur commande Allah ! Ils ne sont donc pas de braves gens à cause de l’islam, mais en dépit de l’islam. Une preuve en est que les islamistes les tuent au même titre que les « infidèles » parce que coupables à leurs yeux d’infidélité à l’islam.

Et notre auteur de tomber lamentablement dans le panneau de la justification de la violence des musulmans au motif qu’ils seraient « insultés » par l’Occident se refusant à reconnaître la bonté de l’islam. Autrement dit, parce que l’Occident se refuse (pour combien de temps encore ?) à devenir musulman, le djihad est justifié ! En effet, pour un bon musulman, n’être pas musulman est une insulte à l’islam, une déclaration de guerre, comme en témoigne ce « beau » verset : « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyiez en Allah ! » (Coran 60.4) !

Commentaires fermés sur Il y a de braves gens parmi les musulmans… en dépit de l’islam.

À lire aussi

François et Judas

Il y a quelques jours, le pape François recevait un groupe de jeunes Roumains qui l’ont in…