Editoriaux - Histoire - Internet - Société - Table - 18 mai 2016

Homophobe ? Testez donc l’Homophobiol !

« La France va mieux », assure François Hollande. Elle va tellement mieux qu’aller mieux encore serait finalement obscène. Du coup, des broutilles aussi accessoires qu’immigration et chômage de masse, délocalisation de nos entreprises et mondialisation intensive, guerres et attentats à répétition passent assez naturellement à l’arrière-plan.

D’où ces actuelles priorités gouvernementales et cette campagne nationale visant à combattre « l’image festive et conviviale de l’ivresse ». Dans le registre de la dive bouteille, il serait plutôt question de lutter contre les sprinters que les coureurs de fond, soit ce « binge drinking », importé de contrées lointaines aussi barbares qu’anglo-saxonnes, lequel consiste à se retrouver déchiré pis qu’un drap de pauvre après absorption maximale d’alcool en un minimum de temps.

Bizarre… Il fut un temps où, suite aux inévitables miurges adolescentes, les parents apprenaient à boire proprement à leurs enfants. Il paraît que ce traditionnel rôle serait désormais dévolu à l’État, lequel apprendrait donc la modération à nos petits et à lever le pied sur la pédale.

À ce propos, certaines associations – Aides, pour la France, et Ex Æquo, pour la Belgique –, lesquelles sont évidemment subventionnées par leurs contribuables respectifs, lancent une grande campagne contre l’homophobie. Rien que le slogan vaut le jus :

« Pour vous aider à lutter au quotidien contre les symptômes de l’homophobie latente ou du syndrome du “Je-ne-ne-suis-pas-homophobe-mais…”, prenez un Homophobiol ! »

Histoire d’être plus festif encore, sachez que, dans chaque boîte d’Homophobiol, vous trouverez un bonbon et un tatouage provisoire aux couleurs d’arc-en-ciel.

Et Christian Andreo, le directeur délégué d’Aides, interrogé par Le Figaro, d’expliquer : « On a surtout envoyé le médicament à des parlementaires français bien connus, espérons qu’ils réagissent ! » On espère que Denis Baupin et Michel Sapin n’ont pas été oubliés, des fois qu’ils aient été aussi élégants avec ces messieurs qu’avec ces dames.

Quant à Jean-Luc Romero, ancien élu de l’UMP depuis passé au PS et président de l’association Élus locaux contre le SIDA, il est tout fier de nous annoncer la création d’un site Internet répertoriant en direct le nombre de fois où des insultes homophobes sont utilisées sur Twitter. Une sorte de Pédéthon, donc ? Dans lequel on gagnerait – mieux que la Valise RTL – un de ces bonbons dont on assure aux enfants qu’il ne faut pas les accepter de mains inconnues ? Oups, la faute ! Vite fait, je m’avale un bon coup de sirop de Cordom, histoire de chasser la bête qui m’habite.

Enfin rassuré contre ce fascisme éternellement renaissant qui n’en finit plus de sortir son immonde groin du funeste terrier l’ayant vu naître en un ventre toujours fécond – comme dirait le maire de Champignac –, je me dis que l’hydre en question devrait désormais se tenir à carreau ; parce que cette loi contre l’homophobie, quoi qu’on en dise, c’est pas une loi de pédé !

Oups, encore une boulette ! De fait, histoire de me refaire une virginité démocratique, je m’en vais avaler derechef un bon cachet de zobéïne, à lentement laisser fondre sous la langue, tout en n’oubliant pas d’avaler trois bonnes louches de moraline.

Jacques Collard, un vieux aminche de mézigue, ancien secrétaire de Jean Cocteau, protégé de Rock Hudson, pote de Thierry Le Luron et de Pierre Cardin (constatez l’honorable pedigree), m’assurait jadis : « Être de la jaquette, ça se mérite. On devrait même délivrer des permis ! »

À écouter cet homme qui parlait d’or, on se dit qu’il y en a qui ne sont pas près d’avoir le leur, de permis.

Cher lecteur,
Chaque jour, nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Pierre Moscovici, ou une certaine idée de la morgue européiste

Au fait, qui surveille Pierre Moscovici ? …