Hollande aux gilets jaunes : « Il faut que ça débouche » !

François Hollande soutiendrait-il cette fronde populaire dont il appelait, il n’y a pas si longtemps, ses composants les « sans-dents » ? Ah non ! Une causette avec les jaunes, d’accord ; arborer leur gilet, faut pas pousser. En revanche, il veut bien leur prodiguer quelques judicieux conseils. On en reste baba !

« Allez-y, continuez de parler », commence à dire, benoîtement, aux fameux gilets dans les rues d’Antraigues-sur-Volane, en Ardèche, celui qui n’a pas écouté les paroles de la Manif pour tous !

Et, d’ailleurs, que pense-t-il de la hausse du prix des carburants, des taxes en tout genre qui continuent de grever le budget des « classes laborieuses » (mais pas que) qui travaillent toujours autant et souvent plus pour, en conséquence, gagner moins ? Mystère et boule de gomme. Ce qui revient à supputer qu’à la place du gouvernement actuel, il les aurait augmentés, lui aussi ?

Il faut que les gilets jaunes « continuent à prendre la parole », donc. Et là, on ne savait pas François Hollande expert en la matière : pour « faire que ça puisse déboucher parce qu’il faut que ça débouche » ! Remarquable ! On ne savait pas l’ENA enseigner, qui plus est à un niveau si époustouflant, la plomberie !

Histoire de tuyaux mise à part, ce grand littéraire qui aime tant aller à la rencontre des Français, dans la rue, sur les marchés, dans des librairies pour les honorer d’un autographe, se languit de ne plus être Président… Son bilan quinquennal ? Formidable ! Il a (presque) tout réussi et si les Français en doutent, il le leur rappelle.

Justement, aux gilets jaunes qui n’en peuvent plus d’être pris pour des vaches à lait et qui observent, année après année, leur avenir s’obscurcir, le très cher Président – lui – se tourne vers son glorieux passé. Le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) ? C’est moi ! Le coup de pouce au SMIC ? C’est moi ! Quoi d’autre d’aussi mirobolant ? François se gardant de s’enhardir, son cerveau réfléchit à plein régime et, soudain, trouvaille !

« Il faut qu’il y ait des organisations qui puissent prendre en compte les revendications. »

Hourra ! Mais… lesquelles ? François sèche. Des organisations syndicales, peut-être ? On ne peut pas dire qu’elles se sont bousculées au portillon pour défendre leurs intérêts, aux gilets jaunes ! Une organisation que créerait toutes ces belles âmes du show-biz ? Manquerait plus de déplaire à Julie ! De toute façon, ça tombe bien, hier, leur nombre atteignait héroïquement sept – et encore, sans trop se mouiller…

Ça y est, François Hollande a terminé. Aider ce mouvement de fronde populaire ? Il voudrait bien mais ne peut point. Tandis que s’il était de nouveau Président, bien sûr, ça changerait tout ! Il n’entend donc pas que les Français n’en veulent plus ? Si lui-même ne parvient pas à se « déboucher », alors…

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Au Danemark, les migrants déboutés du droit d’asile iront sur une île

La réaction d'Amnesty International ? Le vilain gouvernement danois « va toujours plus loi…