Triomphal Trump !

 

Jamais une élection américaine ne fut aussi passionnante. Il faut dire aussi que jamais le pays ne fut autant mis à sac, moralement et économiquement, par deux mandats Obama.

Hier se tenait un autre débat des républicains à North Charleston en Caroline du Sud. La mise en scène était spectaculaire, avec l’entrée martiale de Marines sur scène, tenant fièrement le drapeau Stars and Stripes, puis l’intervention d’une chanteuse qui entonnait a capella l’hymne américain, devant une salle archi-comble, debout, dans le silence, qui communiait. C’était vibrant. Impensable chez nous, où la haine de soi est répandue de manière mortifère. On avait l’impression que l’Amérique était en train de se ressaisir à travers son peuple et que le slogan de Trump « Make America Great Again » prenait toute son ampleur.

Durant les débats précédents, les performances de Trump étaient relativement plates. Ce qu’il a corrigé entre-temps, par des interventions incendiaires que les « pressetituées » désignaient comme des provocations. Ce qui le fit exploser dans tous les sondages, locaux comme nationaux. C’est dire l’exaspération des Américains sur le politiquement correct, que Trump est en train de tuer pour le plus grand bien du monde occidental corseté dans cette tenue.

Dopé aux sondages, Trump n’a pas déçu cette fois. Les joutes furent vives, malgré un « pacte de non-agression entre les deux candidats anti-establishment ». Les échanges entre Ted Cruz, à l’idéologie plus dure que Trump, furent sévères, la salle était côté Trump à l’applaudimètre. Surtout lorsque Trump insistait sur le lieu de naissance de Cruz, qui est le Canada. Ce qui, normalement, ne l’autorise pas à concourir car, pour se présenter aux plus hautes fonctions, il faut être né sur le territoire américain.

Cruz reprochait à Trump d’être une figure avec des « valeurs new-yorkaises, sociales libérales, pour l’avortement et pour le mariage gay, orienté sur l’argent et les médias ». Ce à quoi Trump rétorqua, sous les applaudissements – faisant réaliser à Cruz qu’il avait été trop loin -, en évoquant les attaques du 11 septembre : « Lorsque le World Trade Center s’est écroulé, j’ai observé ce qu’aucune place au monde aurait montré, sinon New York, la façon dont les choses ont été gérées avec humanité et douceur. Des immeubles de 110 étages se sont effondrés. Je les ai vus s’effondrer. Des milliers de gens ont été tués. Le nettoyage a commencé dès le jour suivant, et ce fut le nettoyage le plus horrible dans l’Histoire probablement. C’était là, par terre. Je n’ai jamais vu une telle chose. Et les New-Yorkais se battaient, se battaient et se battaient encore. »

Cruz était KO, laissé sans paroles.  Les autres candidats reprenaient leur souffle. De toutes façons, ils représentent l’establishment. Et Trump de répéter : « Je suis très en colère car notre pays est dirigé de manière horrible et j’accepte de porter le manteau de la colère. Notre armée est un désastre. Notre système de santé est un spectacle de désolation. Nous remplacerons l’Obamacare. Nous n’avons pas de frontières. Nos vétérans sont traités de manière indigne. L’immigration illégale dépasse l’entendement. Notre pays est dirigé par des incompétents. Et oui, je suis très en colère. »

La presse américaine la plus réfractaire le donne sorti gagnant de ce débat. Et moi, je me félicite d’avoir eu raison dès le départ contre les « analystes » professionnels de ce pays – qui le disaient perdant dès le premier débat, qui se moquaient de sa « vulgarité ».

Il est très possible qu’il devienne le 45e président des États-Unis. Ceux qui auront, alors, l’air ridicule sont les signataires politiquement corrects d’Angleterre et d’Irlande, qui ont pétitionné pour lui interdire leur territoire ! Trump for President, pour le meilleur du monde occidental.
 
https://www.youtube.com/watch?v=OaCVQcK4KVM

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.