Et la défense, on en parle, on la prépare ?

Ancien pilote de chasse
 

Les débats de la primaire de droite et maintenant ceux de la gauche se seront concentrés principalement sur l’économie. La situation présente et calamiteuse du pays justifie cette priorité immédiate qui engendre – mais pas qu’elle – l’insécurité latente de la société française.

Le temps a, certes, manqué lors des rencontres publiques pour aborder tous les champs de responsabilité, mais il en est un primordial, celui de la Défense, faisant du chef de l’État le chef des armées, et qui a remarquablement manqué à l’agenda. Sans doute parce que les candidats en lice sont moins, voire peu, au fait des exigences liées à ce domaine réservé à des experts, et que les journalistes généralistes ont très peu d’appétence pour la chose militaire.

Un grand titre illustre ce vendredi une double page du Figaro : « La Défense s’invite dans la campagne présidentielle. » Enfin ?

Est-ce le début des questions et, surtout, des réponses apportées par les programmes des candidats ? Sûrement pas côté gauche, où les postulants pléthoriques ont d’autres chats civils à flatter…

C’est donc des partis de droite, républicains, souverainistes ou nationaux déjà en campagne que l’on attend des propositions concrètes.

Le « favori » Fillon est attendu pour le détail des options, les priorités qu’il entend porter aux différentes composantes et, donc, le budget à leur consacrer. À ce jour, on sait qu’il fixe l’objectif de 2 % du PIB, comme la plupart de ses concurrents qui répondent au diktat de l’OTAN – exception faite de Marine Le Pen qui surenchérit ! -, mais en 2025. Ce n’est pas la réponse attendue du chef d’état-major des Armées, dont on ne peut douter qu’il ait des arguments solides, et qui le souhaite avant 2020.

Mais en tout état de cause, il est temps de remettre la charrue derrière les bœufs, de revoir les options stratégiques en fonction des menaces réelles ou prévisibles, avec des priorités permettant d’en déduire un budget compatible avec les ressources de l’État, et non l’inverse.

La priorité est-elle toujours et encore à la dissuasion nucléaire avec ses deux composantes, « ultime rempart à la souveraineté nationale », alors que l’on a dissous les frontières de l’Union ? L’arme atomique tricolore serait-elle brandie si un pays européen était menacé, au titre de la solidarité déjà inscrite dans les accords ? Question qu’on ne peut éluder.

Faut-il favoriser et renforcer la mobilité et les capacités de projection et d’opérations rapides en extrapolation des expériences nombreuses de ce début de siècle ? Faut-il encore des régiments de chars lourds ou des véhicules légers, rapides et compatibles avec tous les terrains et les climats. Un second porte-avions – 4 milliards – et son environnement de combat est-il préférable à des chasseurs disponibles en nombre avec leur armement ad hoc, des ravitailleurs aériens, des transporteurs à grande capacité, tel le A400M, dont les livraisons en nombre sont attendues par les utilisateurs ? N’est-il pas temps d’enfin lancer un programme de drone armé et cesser notre dépendance à l’égard des États-Unis ?

Une nouvelle loi de programmation militaire – LMP- devrait être élaborée rapidement après toutes les concertations, y compris avec l’Europe qui ne peut plus se décharger de sa défense sur l’OTAN et quelques rares nations, dont notre pays dans la pratique récente. D’ailleurs, le parapluie américain ne résistera pas aux choix du nouveau président et à la déliquescence des alliances au sud-est du continent, en particulier le rapprochement Erdoğan-Poutine qui pose la question du maintien de la Turquie au sein de la même Alliance atlantique.

En réalité, la menace est-elle à nouveau la Russie, comme nous le suggèrent d’aucuns qui ravivent de loin la guerre froide, ou les factions renaissantes et invasives de l’hydre islamique ?..

Les citoyens ont le droit de savoir quel est le futur de cette mission régalienne, capitale pour leur sécurité, qu’est la Défense !

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.