Primaire à gauche

Valls en perdition !

Satiriste polémiste
 

Le 8 décembre, Manuel Valls lançait sa campagne pour la primaire depuis Audincourt dans le Doubs, lieu de la dernière victoire électorale socialiste. Le symbole était porteur, mais la réalité fut plus décevante : les médias retinrent surtout les invectives que des militants socialistes lui adressèrent au sujet de son bilan. L’entourage du candidat dut reconnaître que c’était là une entrée en campagne plutôt ratée, mais assurait que cela ne deviendrait inquiétant que si, « d’ici une semaine », la sauce n’avait toujours pas commencé à prendre.

Cinq semaines et un enfarinage plus tard – le 22 décembre à Strasbourg —, la sauce semble toujours tarder à prendre.

Si l’on en croit le sondage Kantar Sofres, publié hier par Le Figaro, Manuel Valls pourrait certes dominer le premier tour des primaires de la gauche avec plus de 35 % des voix devant Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, dans la mesure où les deux hommes se disputent la même niche électorale, celle de « la vraie gauche » qui souscrit au libéralisme sociétal mais qui tique un peu face au libéralisme économique. Mais au second tour, cette concurrence ayant disparu, le survivant du duel fratricide apparaît en mesure d’éliminer Manuel Valls : Hamon est donné au coude-à-coude avec lui, tandis que Montebourg le battrait avec un score de 53 contre 47 %.

Les partisans de Valls peuvent toujours se rassurer en invoquant le peu de fiabilité desdits sondages, mais ils sont bien obligés de constater que, sur le terrain, les signaux ne sont guère plus encourageants. Désireux de renouer avec la culture de gauche, Manuel Valls avait organisé, dimanche 8 janvier, jour anniversaire de la mort de François Mitterrand, un meeting de campagne à Liévin dans l’ex-bassin minier. Conscient du fait que cette terre socialiste est durablement devenue une terre frontiste, l’ex-Premier ministre n’attendait que 500 ou 600 personnes dans l’hôtel de ville. Il n’en vint qu’un peu plus de 200 : un vrai camouflet et un premier gros caillou dans ses ballerines.

Admettons, cependant, que notre matamore parvienne à faire oublier à son camp le passage en force de la loi El Khomri ; admettons qu’il remporte la primaire en dépit du parasitage des autres candidats à posture comme l’ultra-laïcard Peillon. Ce ne serait là que le début des vraies difficultés pour Manuel Valls, car il lui faudrait alors affronter quatre candidats prêts à dévorer son maigre capital électoral.

Manuel Valls prétend être le candidat de la gauche mais Mélenchon sera là pour attirer à lui les nostalgiques de « la gauche populaire ».

Manuel Valls prétend s’en distinguer en se présentant comme le candidat de la gauche crédible, mais Macron est là pour attirer à lui cette gauche libérale-libertaire avec le soutien d’une bonne partie des médias et du patronat. Un sacré caillou dans les bottines de celui que son camp juge un brin trop autoritaire. Restait à Manuel Valls la possibilité d’incarner justement le candidat de l’autorité et de la détermination, le rempart « républicain » face à l’islamisme ; l’ennui, c’est que c’est aussi sur ce créneau-là que François Fillon a construit sa victoire du 27 novembre.

Hamon, Peillon, Mélenchon, Macron et Fillon, cela fait décidément beaucoup d’obstacles sur la route élyséenne de Manuel Valls, sans même parler des crocs-en-jambe de certaines bonnes amies comme Ségolène Royal, qui n’a pas hésité à le tacler hier au sujet du 49-3. De fait, pour l’heure, les sondages le créditent d’à peine 13 % des voix, ce qui le placerait en cinquième position derrière François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et même Jean-Luc Mélenchon ! Autant dire que la candidature Valls est déjà en perdition.

POUR ALLER PLUS LOIN