Avignon n’est plus en Avignon

Colonel à la retraite
 

« Rome n’est plus en Rome », se serait exclamé le général Sertorius, 70 ans avant Jésus-Christ. Citation rendue célèbre grâce à Corneille et sa tragédie Sertorius : « Rome n’est plus en Rome. Elle est partout où je suis. » Citation évoquée aussi au Moyen Âge, lorsque les papes s’exilèrent à Avignon, d’où ils gouvernèrent durant 70 ans la chrétienté. Rome était en Avignon. Et, aujourd’hui, plus de deux siècles après que la cité des papes a été rattachée à la France, comment ne pas s’exclamer : Avignon n’est plus en Avignon !

La municipalité socialiste semble, en effet, avoir décidé de bannir de l’espace public tout ce qui pourrait rappeler les racines chrétiennes de la cité papale. Certes, on ne détruit plus les écussons sur les frontispices des vieux hôtels, comme on le faisait sous la Révolution, mais le cœur y est. Ainsi, la crèche, naguère encore exposée dans le hall de l’hôtel de ville, a été reléguée au fond d’une église désacralisée, la prochaine étape étant, peut-être, l’exil définitif extra-muros, au-delà non pas du Nil mais du Rhône. Le marché de Noël qui, certes, n’était pas une tradition ancestrale, mais entretenait, sinon l’esprit, tout du moins l’ambiance de Noël, a été carrément supprimé.

« Cette année, c’est à un Noël pas comme les autres que nous vous convions : l’animal totem de la cité des papes pour ces fêtes de fin d’année nous vient tout droit d’Afrique. L’animal au long cou a choisi de poser ses valises, le temps des festivités, »

​‌”

déclare fièrement, sur le site Internet de la commune, le maire socialiste, Mme Cécile Helle.

Un Noël pas comme les autres, effectivement. Et l’on ne croit pas si bien dire. Ainsi, samedi 17 décembre, en plein centre-ville, une manifestation était organisée – autorisée, semble-t-il, par la préfecture – par une association Respect, Egalité, Dignité, sous prétexte de soutenir les Aleppins massacrés par le régime d’Assad. En toute impunité, une toute petite centaine de personnes, dont de nombreuses femmes voilées, ont pu scander des slogans pour le moins douteux, amalgamant Daech à Israël : « Vous barbares, vous fachos, vous sionistes, on sera toujours là dans la rue… » « On est descendu quand Daech faisait des massacres. On est descendu lorsque Israël faisait des massacres. » Le Front national et ses électeurs en prirent largement pour leur grade, amalgames et raccourcis d’usage aidant : « Vous avez oublié Hitler… » « Voter Front national, vous n’avez pas honte… » « Vous êtes capables de les jeter dans la mer… » « Vous croyez que voter pour des fachos, voter pour des barbares, ça va vous amener la paix en France. Vous croyez vraiment que Marine Le Pen va vous amener la paix en France. C’est que vous êtes encore plus cons que ça si vous le croyez. » Ce qui nous confirme, en quelque sorte, que la guerre est en France…

Invoquant alternativement les Lumières, la Révolution, la Résistance, le prophète Jésus-Christ et… le dieu de Mahomet – « Allah akbar ! » -, la manifestation se déploya tranquillement dans la vieille cité des papes, aux accents de musique orientale, et s’acheva par une prière en langue arabe devant l’hôtel de ville.

À noter ce slogan, plusieurs fois scandé : « À Alep, résistance. En Syrie, résistance. En Palestine, résistance. Dans nos quartiers, résistance. À Avignon, résistance. » Résistance à Avignon : contre qui, on se demande ?

Et l’on nous dit que Philippe de Villiers exagère !

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.