Dénaturation du mariage - Royaume-Uni

“Gay marriage”, so what?

Journaliste, écrivain et essayiste.
 

Massivement contesté en France catholique, le mariage homosexuel vient de passer au Royaume-Uni protestant comme une lettre à la poste. « A French letter », argot pour « préservatif » qui fait pendant à « capote anglaise ». Voté par le Parlement britannique en juillet 2013, il est entré en vigueur le 29 mars 2014. La veille en Écosse. Pas en Irlande (y compris l’Ulster britannique).

Le chanteur Elton John, 67 ans, va pouvoir épouser son compagnon David Furnish. L’icône de la pop, qui a vendu quelque 250 millions d’albums en plus de 40 ans de carrière, a déclaré lors d’une émission sur la télé nord-américaine NBC : « Nous allons faire ça tranquillement. Mais ce sera joyeux. » Il est en union civile depuis 2005 avec David Furnish, et a pu adopter deux enfants.

Le débat agite tout de même l’Église anglicane d’Angleterre, majoritaire dans le pays, qui a exclu mi-février la bénédiction de mariages gay ainsi que la possibilité pour les membres du clergé de se marier avec une personne du même sexe. Mais l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel des 80 millions d’anglicans dans le monde, a indiqué que l’Église ne mènerait plus campagne contre le mariage gay. Plusieurs vicaires homosexuels ont annoncé leur intention de profiter de la nouvelle loi. L’onction de plusieurs évêques homosexuels affichés a causé une crise violente dans l’Église anglicane, désertée par plusieurs centaines de milliers de fidèles et de pasteurs au profit de l’Église catholique.

S’est-on assez moqué d’Édith Cresson, Premier ministre fugitif de Mitterrand, quand en 1991 The Observer a publié un entretien vieux de quatre ans où elle affirmait qu’un Anglais sur quatre était homosexuel ?

Dans le magazine Lire, fin 1992, Roger Stéphane soutenait, lui, qu’en Grande-Bretagne « les milieux littéraires constituaient une société entièrement pédérastique. Seul Cyril Connolly avait une maîtresse. On disait de lui : il n’est pas comme les autres. »

POUR ALLER PLUS LOIN