Livre

Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir

de Robert Ménard

Juriste

SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 

A comme Ardisson. Invité pour la promotion de l’Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir sur le plateau de « Salut les Terriens ! », Robert Ménard a de nouveau montré sa force de caractère. Le maire de Béziers n’est pas du genre à se soumettre au cynisme obligatoire de la bobocratie parisienne. Il a, d’ailleurs, eu raison de quitter l’émission après que « l’humoriste » Tom Villa s’est laissé aller aux deux jeux favoris des champions de la correction politique : humilier les provinciaux – ploucs issus d’une France rance,- et comparer les personnalités attachées à notre identité à Adolf Hitler.

On ne peut pas tout accepter. Quand Thierry Ardisson et ses invités ricanent à propos du Sud de la France, ils font la démonstration d’un mépris de caste absolument insupportable. Je soupçonne même que les évolutions de Robert Ménard y trouvent leur explication. Lui et d’autres (Gilbert Collard en tête) ne devaient plus pouvoir supporter cet unanimisme bon teint qui voue aux gémonies la France des régions et flatte sans cesse celle de ces « quartiers » que la novlangue qualifie trompeusement de « populaires ».

Comme l’écrit Robert Ménard dans son dernier petit livre, le « bon sens » est devenu une « expression honnie par la gauche. Synonyme pour elle d’argument populiste. » Le bon sens populaire voudrait, par exemple, que les responsables politiques prennent conscience de l’impossibilité matérielle d’accueillir toujours plus d’immigration en France. Ils font l’inverse. Pareillement, l’artistocratie conspue Robert Ménard pour faire preuve de bon sens dans sa gestion des affaires communales.

Dès qu’un homme tente de s’extirper de la chape de plomb idéologique imposée aux personnalités publiques, il risque l’ex(média)communication.

Ainsi, Bernard de La Villardière passe un sale quart d’heure depuis qu’il a osé montrer ce qu’il se passe vraiment dans les zones de non-France. Frappé par la haine qu’il subit depuis, il a dénoncé « l’idéologie multiculturaliste à la con des bobos de merde ». Toujours réjouissant de transgresser les tabous. Du simple bon sens mais révolutionnaire dans une période qui a fait du mensonge sa vérité.

Souvent ironique, Robert Ménard déconstruit le prêt-à-penser contemporain dans son Abécédaire. Il donne aussi des motifs d’espoir. Face aux oiseaux de mauvais augure qui croient que « tout est foutu », Robert Ménard répond à la définition d’« Impossible : On ne peut pas “renvoyer les immigrés”. On ne peut pas “mettre tout le monde en prison”. On ne peut pas “revenir en arrière”. Se décline à l’infini du déclin. […] La France est devenu le pays qui ne peut pas et qui fait semblant. »

L’Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir est un parfait vade-mecum pour qui voudrait avoir un petit descriptif de l’état de la France en 2016. Rapide, cinglant et percutant comme son auteur.

Pour acheter ou offrir ce livre...
cliquez ici !

SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.