Après le blog « Vengeance », les hackers de l’État islamique sévissent

Juriste

SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 

Récemment, nous évoquions dans ces colonnes le sordide blog Vengeance tenu par les nervis de la gauche radicale. Sur ce site Internet se trouvaient des photos de policiers et de leurs familles (dont des enfants en bas âge), accompagnées de commentaires incitant à la violence. Curieusement, ce site para-terroriste n’avait suscité que peu de commentaires de la part des « forces républicaines », lesquelles sont plus promptes à attaquer tout azimut le Front national…

Aujourd’hui, nous apprenons avec effroi que l’État islamique a utilisé une méthode similaire pour menacer des militaires américains. La « Division des hackers de l’État islamique » a mis en ligne les noms et adresses de membres de l’armée américaine, accompagnés de photographies. La méthode ressemble à s’y méprendre à celle employée par les « antifas » français, mais passons. Le groupe d’informaticiens islamo-djihadiste a appelé aux meurtres de ces soldats : « Grâce à l’énorme quantité de données que nous avons obtenues de différents serveurs et bases de données, nous avons décidé de communiquer 100 adresses afin que nos frères résidant en Amérique puissent s’occuper de vous… » Puis, dans un second temps : « Maintenant que nous vous avons facilité la tâche en vous donnant les adresses, tout ce que vous avez à faire est de franchir le dernier pas, alors qu’est-ce que vous attendez ? »

Le danger posé par les supplétifs des forces de la mort est aujourd’hui à son maximum, en France comme dans le reste de l’Europe, aux États-Unis et, bien entendu, dans l’ensemble du Moyen-Orient. Pour lutter contre les forces militaires conventionnelles susceptibles de les surpasser, les islamistes ont imaginé une nouvelle tactique : menacer directement les soldats et leurs familles qui, ainsi, pourraient refuser d’aller combattre dans ces zones. Pour ce faire, ils s’appuient sur la diaspora islamiste en Europe et aux États-Unis, mais aussi sur les convertis et reconvertis à leur cause.

Ces éléments doivent nous inciter à la plus grande vigilance, a fortiori après les tueries de janvier et les attentats commis par des « déséquilibrés » en décembre. On estime que 10.000 djihadistes « français » seront présents dans l’État islamique au mois de décembre 2015 : il ne faut surtout pas les laisser revenir sur le territoire national.

Autre source d’inquiétude : les djihadistes semblent avoir recruté un personnel hautement qualifié pour les futures « cyber-batailles ». La NSA (National Security Agency) indiquait, il y a quelques semaines, que le prochain Pearl Harbor serait probablement cybernétique. Ce nouveau champ de bataille dématérialisé apparaît désormais comme vital, et peut-être devrions-nous engager une réflexion stratégique quant à l’opportunité de créer un quatrième corps d’armée dont l’unique objet serait de lutter sur le terrain informatique.

Pour autant, la lutte nécessaire et légitime contre le terrorisme ne doit pas nous amener à prôner une politique restrictive des libertés numériques qui serait totalement contre-productive. Ne répondons pas à ces monstres par l’hystérie et la peur, mais par la fermeté et la discipline collective, déterminés à protéger notre mode de vie et nos libertés contre les intrusions des « antifas » ou de l’État islamique.

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.