Oui, Fukushima inquiète encore toute la planète!


Mathématicien, chercheur en énergies renouvelables

 

Muni d’un compteur Geiger, « Théophraste » marche dans Paris. Il constate que la radioactivité est partout. Il prend peur, cherche une origine à ce qui lui semble une calamité… Fukushima ? Pourquoi chercher si loin, jeune homme? Toute notre planète est radioactive et certains endroits le sont plus que d’autres : le Massif central, par exemple, est fort intéressant et les mers regorgent si bien d’uranium que nous pouvons déjà le récolter à un prix acceptable ! La moindre « photo » chez le dentiste, le moindre examen au scanner… ajoute un peu à la quantité naturellement présente dans notre corps.

Ce n’est pas une raison pour accepter les vieilles centrales nucléaires de 1re, 2e ou 3e génération ! C’est encore moins une raison pour admettre ce qui s’est passé à Fukushima où aucune fuite radioactive n’aurait pu se créer si les concepteurs de la centrale avaient – tout simplement ! – prévu des réservoirs d’eau à une hauteur permettant le déversement de cette eau en cas de panne totale. Il n’y a pas eu d’eau utile à Fukushima – Fukushima située à côté de la mer – parce que les pompes destinées à remonter l’eau utile avaient été paralysées par le tsunami !

Ça, c’est du passé, dira le lecteur, ce qui se passe maintenant me fait peur et me donne une aversion définitive envers toute centrale nucléaire : de l’eau radioactive s’écoule dans la mer et la pollue… et la mer n’a pas de frontières ! Nous serons tous contaminés ! Théophraste voit déjà cette contamination à Paris…

Faisons un calcul. L’océan contient de l’ordre d’un milliard de milliards de tonnes d’eau. S’il est pollué par une tonne de déchets radioactifs, cette tonne s’ajoute au milliard de tonnes d’uranium présentes dans l’eau de mer. Bref, l’eau radioactive de Fukushima a exactement le même effet sur la radioactivité de la mer que quelques cuillers de sel sur sa salinité. Est-ce à dire que je ferais la pub pour ce genre de centrale nucléaire ? Que je nierais ses dangers ? Bien au contraire ! Les centrales de 1re, 2e et 3e génération sont dérivées de centrales militaires suceptibles de permettre la fabrication de bombes, et je suis résolument opposé à leur construction. 

Pourtant, je sais que le nucléaire peut être l’avenir de la planète, un avenir écologique, sans danger pour qui que ce soit, sans déchets et sans frais excessifs. Comme source sûre d’énergie, le présent nous offre déjà la géothermie, géothermie qui naît de l’énergie nucléaire disponible dans le sous-sol de notre planète. D’ici peu, la technologie nucléaire de 4e génération nous offrira, entre autres, MYRRHA. Elle est si sûre que je voudrais bien un petit réacteur dans ma cave. Je voudrais aussi le photovoltaïque bon marché qui se prépare, des houlomoteurs efficaces dans la mer… toutes sources d’énergie propre et durable ne nécessitant pas, comme les éoliennes, de ruiner le citoyen ou de détruire notre industrie déjà suffisamment délocalisée dans des pays qui polluent sans scrupule.

Mathématicien, chercheur en énergies renouvelables

POUR ALLER PLUS LOIN