Qui légalise le mariage gay ne peut interdire la polygamie

Avocat
 

En visite chez ses alliés européens de la Ligue du Nord, Marion Maréchal-Le Pen a encore fait le buzz en déclarant son opposition au mariage homosexuel.

Rien de nouveau sous le soleil, sa position est connue depuis longtemps. Mais ce qui fait scandale, c’est ce qu’elle ajoute : « Il ne doit pas être une reconnaissance de l’amour », a déclaré la jeune femme au cours d’une conférence de presse. Selon elle, cela risque « d’ouvrir la voie à de très nombreuses dérives. D’autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d’amour ; je pense notamment à la polygamie. »

Étranglements d’indignation chez les bien-pensants et mise au point de Marine Le Pen, qui n’aime pas beaucoup qu’on aborde le sujet dont elle juge, à tort, qu’il est secondaire. Ou peut-être qu’il risque de la mettre en porte-à-faux avec certains de ses amis ?

Pourtant, à bien y réfléchir, cette déclaration est d’une implacable logique.

La revendication du mariage entre personnes du même sexe se fonde sur un postulat : il n’existe aucune justification objective à ce que le droit au mariage soit refusé à des personnes en raison de leur orientation sexuelle. C’est-à-dire que seul l’amour qu’elles se portent compte, indépendamment de toute considération sociale.

Quant aux considérations philosophiques ou morales, elles sont tolérées comme propres à chacun et le dogme commun interdit d’en faire état, et plus encore de les imposer comme fondement du droit applicable : seule compte la volonté du législateur, tout-puissant dans un système de positivisme juridique.

Dès lors, il devient impossible de s’opposer à une revendication fondée sur la « sincérité » des sentiments entre personnes. Chacune crée son propre système de valeurs que nul n’a le droit de remettre en question, à la seule condition que l’exercice de cette liberté n’entrave pas celle des autres. Par exemple, la question des relations sexuelles avec des enfants reste taboue, parce que la société persiste à considérer qu’ils ne peuvent être librement consentants : or, le consentement est un élément essentiel des relations sociales modernes.

A partir de là, qui pourra, demain, s’opposer avec des arguments sérieux à l’institution de nouvelles formes d’union, à trois ou quatre, voire plus ? Qui pourra s’opposer à une relation incestueuse – consentie, bien entendu ! – qui ne trouble en rien la liberté des autres de vivre leur vie selon une conception plus traditionnelle ? C’est d’ailleurs l’argument invoqué par les partisans du mariage homosexuel : ce nouveau droit qui nous est reconnu ne vous enlève rien.

Voici le signe d’une profonde confusion mentale. Lorsque les rapports sociaux ne sont plus fondés sur des normes objectives et admises par tous, contraignantes mais reconnues comme nécessaires, chacun fait absolument ce qu’il veut. Invitons donc les opposants à Marion Maréchal à expliquer clairement les raisons pour lesquelles la polygamie serait exclue de la reconnaissance d’un amour sincère et véritable…

Mais ne comptons pas sur ces pucelles effarouchées – si on me passe l’expression assez déplacée dans ce contexte – pour réfléchir. Seules comptent les postures. Médiatiques, s’entend. C’est une défaite de l’intelligence.

François Teutsch
Avocat

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.