Législatives 2017

François Baroin va mener la campagne des législatives ! Oui, mais pour qui ?

Satiriste polémiste
 

La nouvelle est tombée mardi soir sans autre précision sur le site du Figaro : « François Baroin mènera la campagne des législatives. »

Spontanément, on se dit que, cohérent avec lui-même, monsieur Baroin a décidé de rejoindre En marche !, et qu’Emmanuel Macron, trop heureux de compenser son inexpérience électorale par les 24 ans de « présence » du frère Baroin au palais Bourbon, a fait appel à ses services.

Mais en creusant un peu, on comprend que monsieur Baroin va mener la campagne pour Les Républicains ! Et là, on ne comprend plus. On se dit : mais c’est complètement idiot, ils sont d’accord sur tout avec Macron. S’ils présentent dans chaque circonscription deux candidats sur la même ligne, ils vont se piquer des voix ! Bien sûr, l’idée vous vient à l’esprit qu’il pourrait juste s’agir de s’assurer une place au chaud sous les ors de la République. Et puis on chasse immédiatement cette idée : comment imaginer que nos élus n’aient pas passionnément à cœur de servir la France et les Français ?

On cherche donc une autre explication ! Il doit bien y avoir une différence entre En marche ! et les LR tendance Baroin-Larcher-NKM. Sur l’éducation ? Non, c’est la tendance pédago-démago dans les deux cas. En politique étrangère ? Non, c’est l’euro-atlantisme antigaulliste dans les deux cas. Sur les questions économiques ? Non, c’est la mondialisation heureuse également. Sur les sujets de société, alors ? Non, c’est le même mépris pour la famille. Sur la liberté d’expression ? Non, c’est la même volonté de museler les opposants.

Mais ce n’est pas possible, il doit bien y avoir une explication. Même dans la République islamique d’Iran, la différence entre les deux grands partis de gouvernement est plus grande et les débats sont plus tranchés ! À la limite peut-on concéder que ce que la gauche libérale prévoit de faire en cinq ans, la droite libérale préfère l’étaler sur dix ans, histoire de ne pas trop heurter ses électeurs que les leaders LR voient en ploucs conservateurs, mais ce ne peut être la seule explication.

Alors, s’il n’y a pas de différences de projet, c’est qu’il doit y avoir une logique stratégique. Emmanuel Macron s’est engagé à ne pas recycler tous les anciens députés socialistes : ce serait un peu trop voyant. Déjà qu’on nous annonce que Ségolène Royal ferait un bon ministre, que Manuel Vals aussi, que Le Drian évidemment ; on ne peut quand même pas reconduire à la fois le même gouvernement et la même Assemblée. D’un autre côté, proposer des candidats tout neufs sans enracinement local, c’est risqué : ils pourraient prendre une branlée ! Alors, voilà : mieux vaut miser sur la victoire des Républicains aux législatives, mais attention : il faut que ce soit des Républicains macro-compatibles, pas des indépendants comme Wauquiez ou Luca. In fine, tout le monde sera content. L’ex-PS aura la présidence, l’ex-UMP aura le gouvernement et l’Assemblée, et tout ce petit monde appliquera docilement la politique décidée à Bruxelles, à Berlin et à Riyad.

Elle est pas belle, la vie ?

POUR ALLER PLUS LOIN