Editoriaux - Live - Politique - Rencontres - Sport - Table - 6 juillet 2014

France-Allemagne : les prolongations

La France a perdu​ son quart de finale de foot face à notre voisin allemand. Moins bien que la deuxième équipe française, l’Algérie, et ses ​8 ​binationaux qui était à égalité à la fin du temps réglementaire…
Comme à sa béate habitude, une majorité de Français se satisfait de la performance ….Cocus ​mais​ contents !
​Pensez donc :
On a failli marquer un but.
On a évité la grève ​​comme à Knysna .
On a ​laissé en exil ​la brebis galeuse ​ Nasri .
On ​s’est​ passé du papa de​ « ​G​laive de l’islam », Ribery.
On a ​escamoté​ les tapis de prières dans les vestiaires à la mi-temps .
Et on a réussi à faire murmurer la « Marseillaise « ​ aux autres,​ sauf évidemment ​à ​Benzéma, récidiviste déraciné,​ tabou de Didier Deschamps (DD),​ mais qui eut le courage de déclarer publiquement qu’il ne sentait pas Français….

Ainsi DD a-t-il esquivé la discrimination ethnique en le faisant jouer alors qu’il était hors de forme, ratant trois occasions​,​ et qu​e, ​peu inspiré, il l’​a préféré mordicus au​ véritable avant centre​ qu’est​ Giroud. Peut-être le ramadan s’est-il invité au Maracana ?

​Force est de reconnaître, que son omniprésence stérile dans cette coupe du monde​,​ que les frasques des racailles de celle d’​Afrique du sud ​ 2010​ , que le coup de boule​ ​de Zidane ​​son mentor au ​R​eal Madrid​, ​s​​ur un joueur italien​ en demi-finale 2006, font que l’équipe de France paye cash ​et cher, les produits​ d’importation, chère à toute notre caste politicienne.

A cela faudrait-il rajouter le sel du social bien français que l’on saupoudre dans l​a salade footballistique​. Ainsi alors que l’Allemagne et d’autres pays ​sélectionnaient​ les joueurs les plus forts, incorporant à dose ​homéopathique​ quelques nouveaux ​ pour des ​essais​, chez nous, fidèles à la tradition de mère Thérésa, à la place des plus performants on s’essayait à une ribambelle d’intermittents du ballon rond, n’ayant- les pauvres – jamais ​la chance de​ connaître la grande compétition.
Et​ comme cette pratique ​est ininterrompue depuis des années, quel idiot ​sera​ convainc​u​ que des automatismes solides se crée​nt​ sur le terrain, trois rencontres avant le tournoi ?

Enfin, il y a ​la fâcheuse​ récupération du politique à s’afficher avec le sport en vogue, s’illusionnant que la réussite éventuelle de celui-ci suffira à masquer ses échecs. Ainsi François Hollande s’est-il calfeutré dans un salon élyséen avec Hidalgo, l’ex​-avisé sélectionneur, ​afin de​ suivre le match à la télé,​ ​ prêt à ​réconforter en cas de victoire son bon peuple au chômage, ​transposant les ​mérites​ qu’il ​aurait voulu avoir,​ et ​conseillant​ la teutonne Angela d​e​ lui ouvrir​ les cordons de la cage bruxelloise, sous peine de pénalty. Ouf, pour nous des balivernes en moins.

Finalement ​​aux mêmes causes,les mêmes résultats : Rapports sectaires, suffisance et insuffisance des gouvernants, fiascos économique​, social,​ sécuritaire, et un score inévitable et affiché : Allemagne 1 – France 0, sans même droit aux prolongations !

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Magouille et tripatouille, les deux mamelles de leur démocratie…

Tous les abonnés aux micros, aux caméras et aux subventions se délectent que la démocratie…