6 juillet 2014

France-Allemagne : les prolongations

La France a perdu​ son quart de finale de foot face à notre voisin allemand. Moins bien que la deuxième équipe française, l’Algérie, et ses ​8 ​binationaux qui était à égalité à la fin du temps réglementaire…
Comme à sa béate habitude, une majorité de Français se satisfait de la performance ….Cocus ​mais​ contents !
​Pensez donc :
On a failli marquer un but.
On a évité la grève ​​comme à Knysna .
On a ​laissé en exil ​la brebis galeuse ​ Nasri .
On ​s’est​ passé du papa de​ « ​G​laive de l’islam », Ribery.
On a ​escamoté​ les tapis de prières dans les vestiaires à la mi-temps .
Et on a réussi à faire murmurer la « Marseillaise « ​ aux autres,​ sauf évidemment ​à ​Benzéma, récidiviste déraciné,​ tabou de Didier Deschamps (DD),​ mais qui eut le courage de déclarer publiquement qu’il ne sentait pas Français….

Ainsi DD a-t-il esquivé la discrimination ethnique en le faisant jouer alors qu’il était hors de forme, ratant trois occasions​,​ et qu​e, ​peu inspiré, il l’​a préféré mordicus au​ véritable avant centre​ qu’est​ Giroud. Peut-être le ramadan s’est-il invité au Maracana ?

​Force est de reconnaître, que son omniprésence stérile dans cette coupe du monde​,​ que les frasques des racailles de celle d’​Afrique du sud ​ 2010​ , que le coup de boule​ ​de Zidane ​​son mentor au ​R​eal Madrid​, ​s​​ur un joueur italien​ en demi-finale 2006, font que l’équipe de France paye cash ​et cher, les produits​ d’importation, chère à toute notre caste politicienne.

A cela faudrait-il rajouter le sel du social bien français que l’on saupoudre dans l​a salade footballistique​. Ainsi alors que l’Allemagne et d’autres pays ​sélectionnaient​ les joueurs les plus forts, incorporant à dose ​homéopathique​ quelques nouveaux ​ pour des ​essais​, chez nous, fidèles à la tradition de mère Thérésa, à la place des plus performants on s’essayait à une ribambelle d’intermittents du ballon rond, n’ayant- les pauvres – jamais ​la chance de​ connaître la grande compétition.
Et​ comme cette pratique ​est ininterrompue depuis des années, quel idiot ​sera​ convainc​u​ que des automatismes solides se crée​nt​ sur le terrain, trois rencontres avant le tournoi ?

Enfin, il y a ​la fâcheuse​ récupération du politique à s’afficher avec le sport en vogue, s’illusionnant que la réussite éventuelle de celui-ci suffira à masquer ses échecs. Ainsi François Hollande s’est-il calfeutré dans un salon élyséen avec Hidalgo, l’ex​-avisé sélectionneur, ​afin de​ suivre le match à la télé,​ ​ prêt à ​réconforter en cas de victoire son bon peuple au chômage, ​transposant les ​mérites​ qu’il ​aurait voulu avoir,​ et ​conseillant​ la teutonne Angela d​e​ lui ouvrir​ les cordons de la cage bruxelloise, sous peine de pénalty. Ouf, pour nous des balivernes en moins.

Finalement ​​aux mêmes causes,les mêmes résultats : Rapports sectaires, suffisance et insuffisance des gouvernants, fiascos économique​, social,​ sécuritaire, et un score inévitable et affiché : Allemagne 1 – France 0, sans même droit aux prolongations !

Commentaires fermés sur France-Allemagne : les prolongations

À lire aussi

Magouille et tripatouille, les deux mamelles de leur démocratie…

Tous les abonnés aux micros, aux caméras et aux subventions se délectent que la démocratie…