Fillon ? Le mieux n’est pas le pire pour le Front

 

Dans la reinfosphère de Présent, NDF, Riposte laïque et, de façon moins univoque, sur Boulevard Voltaire passe une peu subtile campagne qui vise à exclure un vote en faveur de Fillon demain. Ces gens se trompent d’objectif et de valeurs.

Fillon est un grand notable de province dont les valeurs traditionnelles de famille et de religion ne sont pas pour déplaire aux bourgeois versaillais qui l’adoubent déjà. Mais il ne sera jamais le candidat des cercles de cathos militants frontistes. Il demeure, cependant, l’adversaire le plus souhaitable pour Marine Le Pen.

En effet, Juppé serait bien plus dangereux. En gagnant sur sa gauche sans perdre sur sa droite.

On peut dire de Juppé qu’il était un balancier prodigieux : plus il penche vers Bayrou, moins on le quitte sur sa droite. Briser les murs de l’interdit reste impossible aux bourgeois qui n’osent pas encore le vote frontiste : « Monsieur le curé l’a interdit. Monsieur le maire aussi. » Ce faisant, Juppé drague des voix qui se seraient portées sur Bayrou. S’il pousse davantage son indécision et son irréformisme – à la mode Chirac. Perdrait-il beaucoup sur sa droite en refusant les réformes nécessaires à notre économie et nos comptes sociaux ? Non point. Les gogos de droite se rallieraient quand même à lui.

Ou a minima ne partiraient-ils pas chez Marine. Le maire de Bordeaux rameuterait largement à gauche sur son nom dans un second tour contre Le Pen : clamer qu’on ne touchera pas à la Sécurité sociale, ça rapporte beaucoup ! Qui plus est, étant sur le plan des valeurs plus éloigné qu’un Fillon de la droite catholique bourgeoise, il apparaîtra inévitablement moderno-compatible aux centristes et à la gauche.

Cette attractivité potentielle sur sa gauche, un Fillon l’a indubitablement moins. Il n’est pas divorcé, il a su éviter les chausse-trapes des affaires financières, et il est – fût-ce à titre perso – non favorable à l’IVG comme moyen politique et social de régulation des naissances.

Voilà pour le côté gauche.

Pour le côté droit, Fillon présente mieux : un programme économique probablement plus abouti dans le redressement des comptes de la nation, et puis… il va à la messe ! Et ça, ça compte… À Versailles, du moins… On évitera de demander le poids électoral de cette droite-là. Ceux qui croyaient que Pécresse allait dérembourser le Pass Contraception et couper les vivres à la Gay Pride. Naïveté coupable…

Juppé, quant à lui, sera bon candidat pour la droite de la vieillesse du monde. Ceux qui sont choqués qu’une Marion soit invitée à des cercles officiels ecclésiaux à Toulon. Ceux qui refusent un vote FN parce qu’ils n’ont jamais aimé Le Pen père. Ceux qui ignorent Boulevard Voltaire et découvrirent qu’une reinfosphère existait, jeudi, lors du débat…

Meilleur à droite, Fillon ne captera pas pour autant les voix des renforts de Marine ! Pour deux motifs : ces renforts ne viennent pas des classes sociales aisées qui seront contentes de la suppression de l’ISF ; et le mur des interdits reste encore très présent, chez ceux qui envisageraient le commencement du début de l’étude des intentions programmatiques du FN.

Quant aux cathos du Front côté Marion, pour l’essentiel, ils ne céderont pas aux sirènes du Sarthois pour les motifs très bien expliqués par Caroline Parmentier dans Présent récemment. D’autres, ici, pensent que Juppé ouvrirait un boulevard au vote frontiste. Ils se trompent et découvriront, en six mois de campagne, combien Fillon sera exécré par la gauche, sur le plan sociétal comme économique. Vivement 2017 !

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE