Euthanasie et plan média

 

En 2013, le camp du progrès et de la bien-pensance a été surpris devant la mobilisation plus que consistante de la Manif pour tous face à la dérive anthropologique du mariage et de l’adoption ouverts aux couples de même sexe. Après un passage en force digne d’une démocratie populaire, le pouvoir précédent s’est montré plus prudent, moins ambitieux en quelque sorte, sur l’action sociétale. L’ex-député Erwann Binet, congédié par son électorat, avait résumé la situation ainsi : « La victoire de la Manif pour Tous est d’avoir congelé les ambitions sociétales de la gauche. »

La loi Claeys-Leonetti, qui n’a pas ouvert de droit au suicide assisté ou à l’euthanasie, votée en 2016, a déçu tout le monde. Elle est très en deçà des attentes du lobby de la mort en blouse blanche et, pour le camp d’en face, elle s’engage dangereusement dans le lit du Rubicon qu’elle ne devrait pas franchir avec – entre autres dispositions – la sédation profonde et continue.

Demi-victoire, demi-défaite ? Il ne s’agissait que d’une bataille, pas question de baisser les armes ! L’espace médiatique est favorable, il faut en profiter pour faire « progresser » les mentalités. Il faut du « pathos » orchestré qui revienne fréquemment sur le devant de la scène, que l’on anesthésie l’opinion à coups d’histoires larmoyantes, qu’on fasse honte au peuple français d’être si en retard sur ses voisins belges qui euthanasient tous azimuts sans se soucier d’éthique et dont la commission de contrôle ad hoc est dépassée.

Anne Bert, auteur, atteinte de la maladie de Charcot et membre de l’ADMD, a décidé de passer la frontière et de choisir sa mort, douce. Elle y a droit, affirme-t-elle. Elle a, en outre, choisi de donner à son geste une visibilité médiatique que l’on peut qualifier de militante. Le service public est même de la partie : une « humoriste » belge sévissant sur une de ses radios y entonne un « Jouissons et puis mourons sans entraves ! »

Ce droit que revendique Anne Bert, s’il existait en France, créerait un devoir sur le personnel médical : celui de fournir sciemment un produit létal ou d’accomplir lui-même le geste qui tue. En droit « normal » : un homicide ou une complicité d’homicide. Avec, comme conséquence, d’écorner encore plus, s’il en était besoin, ce pacte de confiance de tous les patients envers tous les soignants à qui ils confient les espoirs de soins diligents, d’éventuelle guérison ou de soulagement lorsque ce n’est plus possible. Eh oui, s’il fallait établir un nouveau droit dans les faits, c’est bien de rendre accessibles à toutes les personnes en fin de vie des soins palliatifs de qualité.

Alors, face au relativisme des libertaires d’en face qui ne voient que l’individu et ses droits, et feignent d’ignorer que les éventuels devoirs de la société envers eux impliqueraient des hommes, je reste droit dans mes bottes : Anne Bert a le droit de se suicider, même si cet acte m’attriste et me révolte. Mais qu’elle le fasse seule et sans impliquer qui que ce soit. Qu’elle ne demande pas à des soignants de l’aider : ils deviendraient des bourreaux. Et toute la propagande du monde n’y changera rien.

POUR ALLER PLUS LOIN