Eurodame : la bonne fée européenne ! 

Son blog
 

Dans les salles obscures et le petit écran circule ce qui s’apparente ni plus ni moins qu’à l’œuvre de Leni Riefenstahl, mais à la façon du cinéma de Marjane Satrapi : un clip de propagande pro-migrants sous forme de dessin animé.

Le résumé : un ménage (syrien, je suppose) et ses deux enfants fuient la guerre et la violence pour l’Europe, mais doivent faire face à la méchanceté des gardes-frontières qui les laissent pourtant rentrer au nom du droit d’asile. Et là, accrochez-vous, les Mille et Une nuits rencontrent Peter Pan : une fée, « Eurodame » (je saigne des oreilles), vient à leur secours et présente la famille à un passeur. On se rend compte qu’il s’agit en fait d’Aladin, qui a pris un coup de vieux (genre 80 ans) puisqu’il embarque tout ce petit monde sur son tapis volant (on aurait dû y penser plus tôt pour éviter le drame méditerranéen !).

Un premier arrêt dans un pays d’Europe de l’Est que l’on suppose être la Hongrie, où les gens refusent d’accorder le droit d’asile à la pauvre famille. Bien sûr, que des Blancs, habillés en noir (dans la plus pure tradition SS), qui repoussent la gentille famille syrienne : sales xénophobes et racistes ! La bonne fée « Eurodame » (mon Dieu, que c’est laid) réplique « C’est leur droit », sans grand impact sur les nazis en face. Aladin, devant ce refus, redécolle vers l’Ouest, dans un pays accueillant que l’on comprend être l’Allemagne… 

Et là, tout est beau ! 

Les gens sont ouverts et accueillants, beaux et bons ! La famille remercie « Eurodame » (vous en mangerez jusqu’au bout) ainsi que la caisse d’allocations familiales et autres organismes d’accueil, tandis que le père cherche un travail (c’est si genré…). Bien sûr, monsieur est surqualifié et trouve un emploi avec un patron qui lui dit : « Bienvenue ! J’avais grand besoin de vous ! » (chômeur, les patrons n’ont pas besoin de toi !). « Merci et vive l »Europe ! », s’exclame le papa tout heureux d’avoir trouvé un boulot dans son pays d’accueil. Enfin, vient la conclusion, sous forme de question : « L’Europe protège ses frontières et accueille des réfugiés… Et vous ? »

Plusieurs remarques : tout d’abord, affirmer que l’Europe protège ses frontières alors qu’un tapis volant survole l’espace aérien européen en toute impunité, c’est se f… du monde. Ensuite, la persistance des clichés sur une Europe de l’Est crypto-fasciste et les pays de l’Ouest ouverts et accueillants est absolument grossière et vulgaire. Si un pays souhaite protéger ses frontières et préserver sa culture, c’est son droit. Toujours dans les clichés, sérieusement, un tapis volant ? Enfin, il est très curieux de glorifier ainsi le rôle du passeur bon et généreux, au service du migrant… Alors que la réalité est absolument l’inverse ! Situations dramatiques provoquées par l’Union elle-même en faisant croire que l’Europe est une terre où le miel et le lait coulent en abondance, un eldorado pour personnes miséreuses. 

Alors, « Eurodame » (jusqu’au bout, vous dis-je) devrait retourner au pays imaginaire – c’est-à-dire l’esprit de Schuman – d’où elle n’aurait jamais dû partir !

POUR ALLER PLUS LOIN